Logo3 1

Politique

Mamadoumota

Voici pourquoi Mamadou Mota est maintenu en prison

Mamadoumota

Législatives et municipales. Ses avocats jurent qu’il jouit encore du droit d’être candidat aux élections tant qu’il est non définitivement condamné, mais ils redoutent une consigne donnée, afin d’éviter d’enrôler l’affaire en appel jusqu’à l’expiration de la date de dépôt des candidatures.

Les avocats de Mamadou Mota, premier vice-président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) ont déchanté hier. Leur espoir de voir enfin enrôler l’affaire de leur client devant la cour d’Appel du Centre s’est envolé. « Tous les 05 jugements sont montés en appel depuis la semaine dernière. Mais nous éprouvons des difficultés à faire enrôler ces affaires alors même que le greffe nous avait promis que le dossier Mota et un autre passeraient ce matin (Ndir hier lundi). On continue de lutter… », confie un avocat du vice-président du parti de Maurice Kamto.

L’espoir des avocats se fondait sur une promesse dont ils n’avaient aucune raison d’en douter. « Malgré nos démarches incessantes et les promesses obtenues depuis la semaine dernière, les dossiers Mota et autres ne sont toujours pas programmés à la cour d’appel », s’inquiète un avocat qui ne cache plus son trouble devant cette situation : « Nous avons payé près de 550.000 FCFA pour la multiplication des dossiers des 05 jugements…depuis plus de 15 jours. »

« Un mot semble avoir été donné, on ne sait par qui, d’éviter d’enroler les 05 jugements. Peut être jusqu’à l’expiration de la date de dépôt des candidatures aux élections municipales et législatives. On ne comprend pas ce blocage… », s’exaspère un autre avocat. Avec 14 autres personnes incarcérées dans le cadre des manifestations organisées en janvier et juin derniers par le MRC, Mamadou Mota reste en prison malgré la décision d’arrêt des poursuites prise par le président de la République le 5 octobre 2019 qui a permis la libération de Maurice Kamto, celle de ses alliés et partisans.

Tokombere

Mamadou Mota n’a pas bénéficié de la mesure présidentielle, déjà condamné à deux ans de prison pour rébellion en groupe « . Et pourtant à l’occasion de la mutinerie à la prison centrale de Yaoundé le 22 juillet dernier qui lui vaut cette condamnation, le numéro deux du MRC a sauvagement été battu par les forces de l’ordre et transporté pour une destination inconnue. La photo de l’horreur a fait le tour des réseaux sociaux, Mamadou Mota s’en tirera avec, entre autres blessures, une fracture au bras.

Ceci pouvant expliquer cela, l’un de ses premiers faits d’armes comme militant du Mrc fut une mobilisation populaire au cours de la fête de la jeunesse dans son arrondissement en 2015. Une bien belle gifle assénée alors à Cavaye Yeguie Djibril. A Tokombere, le fief du président de l’Assemblée nationale, le défilé du MRC a en effet connu le 11 février 2015 une forte participation des jeunes. Ce jour-là, à la surprise générale, les rangs du Mrc étaient largement plus garnis que ceux du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc). Paye-t-il aujourd’hui le prix de cette capacité de mobilisation à la veille d’importantes échéances électorales ?

En tout cas, le collectif des avocats constitué par le MRC fait des pieds et des mains pour obtenir la libération des 15 personnes encore en détention dont Mamadou Mota, ingénieur agronome et dit avoir bon espoir que ses clients bénéficieront de la liberté provisoire comme leurs autres clients ayant relevé appel. Malgré d’évidentes pressions, le collectif dit faire confiance à la justice pour entretenir le climat d’apaisement consécutif à la décision d’arrêt des poursuites ordonnée par le chef de l’État le 05 octobre 2019.

 

Sans titre 19

Abel Elimbi Lobe : « je n’ai pas de problème de caution »

Sans titre 19

« Ma liste de candidats est en difficulté. Chers amis politiques, je conduirai une liste aux élections législatives à WOURI-CENTRE. Un de mes colistiers n’a pas le million de francs qu’il faut pour payer sa caution. J’ai besoin de votre aide, l’aide de mes amis politiques, vous qui savez du fond des cœurs que ma lutte est la vôtre, vous qui savez que notre lutte est juste, j’ai besoin que vous veniez, pour que je puisse déposer ma liste le vendredi 22 novembre 2019. », c’était les écrits de Abel Elimbi Lobe.

Dans l’émission ABK Matin sur la radio ABK, Abel Elimbi Lobe est revenu sur cette campagne de collecte. Les causes de l’échec de l’opposition camerounaise ne lui sont pas indifférentes.

« La nouvelle mode c’est d’acheter les partis politiques qui dorment dans les sacs, pour en faire des chevaux de bataille. Les partis d’opposition échouent parce qu’ils ne savent pas comment faire pour gagner. Et quand on leur demande de s’unir, ils ne veulent pas. Nous sommes partis du désordre et de la désunion de l’opposition lors de la présidentielle pour une nouvelle forme de désordre, une situation où les mauvais vecteurs de l’opposition pourraient ne pas être à la hauteur pour passer devant le RDPC. Je suis extrêmement déçu », a-t-il argumenté avant d’affirmer : « Je n’ai pas de problème de caution ».

 

 

Ango 2

Sam Sévérin Ango : « Les consignes viennent de Paul Antanga Nji qui est un mauvais ministre »

Sam Sévérin Ango : « Les consignes viennent de Paul Antanga Nji qui est un mauvais ministre »

L’ancien journaliste a pris part ce samedi 16 novembre 2019, à l’émission Baromètre politique sur la radio Royal FM (88.4 FM), présentée par Jean-Marie Anaba.

 

Ango 2

Sam Sévérin Ango : « Les consignes viennent de Paul Antanga Nji qui est un mauvais ministre »

Au moment où les partis politiques sont entrain de marquer les territoires, Jean-Marie Anaba et ses invités se sont arrêtés sur les jeux et en enjeux de ces élections municipales et législatives à venir.

Sam Sévérin Ango, lors de sa première prise de parole, a rassuré de sa participation au double scrutin, non sans revenir sur les différentes frustrations dont le MRC est victime dans le Sud. Il tient pour responsable, le professeur Jacques Fame Ndongo membre du comité central du RDPC : « Ce qui s’est produit lorsque nous avons voulu tenir notre meeting de célébration de notre arrivée, c’était orchestré par le même personnage que vous venez d’évoquer [Jacques Fame Ndongo Ndlr]. Je voudrais préciser que le professeur Jacques Fame Ndongo n’est pas le patron politique du MRC. Il n’est pas le patron de l’ UNDP dans la Mvila. Il s’occupe des affaires du RDPC. La Mvila n’est pas un bastion réservé. C’est un territoire du Cameroun et nous sommes fils de cette localité. Donc c’est terminé l’incertitude, nous sommes entrain d’aller à l’élection. La semaine qui va commencer sera très déterminante, parce qu’il y a déjà un certain nombre de blocages sur l’étendue du territoire concernant le MRC. Si monsieur Biya veut laisser le Cameroun en déflagration, c’est son problème », a-t-il formulé.

Sam Sévérin Ango : « Les consignes viennent de Paul Antanga Nji qui est un mauvais ministre »

L’ancien journaliste de Canal2 croit savoir un peu plus sur les auteurs de ces manœuvres politiques : « Les ordres viennent de la plus haute autorité, à travers le Minat Atanga Nji qui est un mauvais ministre, qui donne les orientations-là ».

 

 

 

Pek camerinfos net

Kamto, Paul Eric Kingue, Célestin Djamen : quand les alliances perturbent les calculs électoraux

Pek camerinfos net

Tandis que Paul Eric Kingue, président du Mpcn menace de briser le MRC si ce parti investissait des candidats dans son fief électoral, le Moungo. La déclaration de candidature de Célestin Djamen à la mairie de Douala 5ème crée déjà des remous parmi les caciques du premier parti d’opposition.

De l’avis de certains observateurs de la scène politique, s’il est un danger qui plane sur les élections législatives et municipales du 9 février prochain, c’est bien celui de l’alliance qui lie le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) à certains de ses alliés. Selon ces mêmes sources, la pomme de la discorde est d’autant plus perceptible depuis les déclarations faites par le président du Mouvement Patriotique pour un Cameroun Nouveau (Mpcn), Paul Eric Kingué. Mais aussi la déclaration de candidature de Célestin Djamen aux élections municipales à la mairie de Douala 5ème.

Paul Eric Kingue vs MRC : L’alliance résistera-t-elle ?

En effet, après sa libération de la prison centrale de Kondengui, Paul Eric Kingue a été reçu le 20 octobre dernier dans une chaîne de télévision de la capitale économique, Douala. Au cours de ce programme, l’ancien directeur de campagne du candidat Maurice Kamto, va inviter ce dernier à respecter les clauses contenues dans la convention qui les lie, non sans rappeler qu’il avait consentis d’énormes sacrifices pour le MRC et son leader : «je suis allé en campagne pendant 30 jours pour Maurice Kamto. J’ai tué mon nom pour ce monsieur dans le cadre de notre stratégie. J’ai mis 9 mois en prison pour Kamto ; j’ai failli être condamné à mort pour Maurice Kamto ; j’ai tontiné pour Maurice Kamto ; j’ai peur que les membres du directoire du Mrc induisent Kamto en erreur ; J’attends le retour de l’ascenseur. Si Kamto ne respecte pas ses engagements, j’organise la résistance nationale mais cette fois ci ce sera contre le MRC ».

Défense des bastions éléctoraux

Dans sa sortie médiatique, Paul Eric Kingue n’a pas manqué d’interpeller le président du MRC sur l’obligation de respecter la clause de la convention qui prévoit que le MRC ne doit pas investir de candidat dans son bastion électoral, le Moungo : «je vais profiter pour m’adresser au président Kamto et à son directoire. Il m’a été rapporté que ces gens-là marchandent déjà des postes là-bas; je voudrais rappeler une chose : quand nous avons été libérés de prison M. Kamto me semblait encore assez équilibré… il faut quiI sache que dans le cadre de notre convention, il est clairement dit que le fief du Moungo qui compte 13 communes doit me revenir. J’investis les candidats mais il ne faut pas que ce soit en face du MRC. Le MRC doit se passer de ça. Personne ne peut me battre dans le Moungo c’est mon fief ». Et comme pour enfoncer le clou, Paul Eric Kingue va menacer de réduire à néant le MRC. "Je peux réduire le MRC et briser tous les rêves de ces talibans si je veux et ils le savent"

Le cas de Célestin Djamen

A l’exemple de son compère Paul Eric Kingue, Célestin Djamen, transfuge du Social Democratic Front (SDF) et désormais militant du MRC s’est lui aussi déclaré candidat, le 14 octobre dernier aux élections municipales à la Mairie de Douala 5ème. Cette déclaration de candidature faite au cours d’une émission télé créée déjà des remous au sein du MRC où, d’après certaines sources proches du parti, des caciques estiment qu’il n’est pas question qu’ils laissent Célestin Djamen leur ravir la vedette. « Il vient à peine d’intégrer le parti qu’il veut déjà être candidat. Nous ferons feu de tout bois pour empêcher cela », déclarait sous anonymat l’un des militants du MRC. Ces dissonances, expliquent certains spécialistes, risquent fortement d’hypothéquer l’alliance liant le MRC à ses alliés.

 

7e408619b804333fe3c3aa491f931796 xl

Cabral Libii : «Je serai candidat à la députation»

7e408619b804333fe3c3aa491f931796 xl

Cabral Libii a décidé de solliciter les suffrages des électeurs pendant les élections législatives du 09 février 2020. Il retourne au charbon après une première expérience relativement couronnée de succès. C’était lors de la présidentielle de 2018.

Il n’y a plus de doute !

« Je serai candidat à la députation. Donc, si les choses se passent bien, à la fin du mois de février 2020, je ferai partie de ceux qui auront l’honneur d’aller légiférer au palais des verres et contrôler l’action du gouvernement. Je pense que je serai plus porté à les contrôler qu’à légiférer parce qu’il y a beaucoup de lois qu’on n’applique pas » a déclaré Cabral Libii au cours d’une émission politique. C’était diffusée le lundi 11 novembre 2019 au poste national de la Crtv-Radio.

L’Opposant en a profité pour dénoncer certaines pratiques illégales qui pourraient barrer la voie des élections à certains candidats. Le candidat classé 3e à l’issue de la présidentielle du 07 octobre 2018, avec 6,25% y va mais ne fait pas confiance aux organisateurs de ces scrutins.

Au-delà du scandale

« Je crains que beaucoup de jeunes ne puissent même pas déjà être candidat. J’ai deux jeunes qui appartiennent à ma formation politique. Ils n’ont pas pu obtenir gratuitement au secrétariat du président du tribunal centre administratif à Yaoundé les actes de justice que sont : les certificats de nationalité et les bulletins de casier numéro 3. Ce qui est au-delà du scandale. Parce qu’il y a une loi, article 295 alinéa 1er sur les actes de justice, alinéa 2 sur les actes d’état civil. On leur exige de payer les timbres alors que c’est gratuit. La vraie fraude a commencé. Je vous le dis, j’en suis profondément écœuré. C’est bien d’encourager les gens d’aller aux élections. Tout le monde peut le constater, il y a un réel entrain mais, lorsqu’ on commence à décourager les gens sur les choses comme celle-là. Alors, je profite de votre micro pour dire à ceux qui nous écoutent, la gratuité donc on parle n’est pas une faveur, c’est une prescription locale »a-t-il confié.

Âgé de 39 ans, Cabral Libii Li Ngué Ngué, sera en compétition au Nyong-et-Kelle. Ils seront dans son département natal, dans la Région du Centre, sous la bannière du parti camerounais pour la reconstruction nationale. Ce dernier est une formation politique de l’opposition.

 

 

 

 

Ddfree

Pour Wilfried Ekanga du Mrc, aller aux élections actuellement c’est se rendre à l’abattoir

Depuis l’Allemagne, le militant du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (Mrc) s’insurge contre les partis politiques qui vont aux élections locales au Cameroun.

Ddfree

Paul Biya, le président de la République convoque le corps électoral pour le 9 février 2020. Depuis l’annonce de cette nouvelle, les partis politiques s’activent pour la constitution des listes. D’autres formations comme le Cpp de Kah Walla, appellent tout simplement au boycott des élections. Ils donnent pour argument le contexte sécuritaire précaire dans les régions anglophones.

En effet, la région anglophone est en proie à une guerre qui perdure depuis plus de trois ans. Cet avis, Wilfried Ekanga partage entièrement. Depuis, l’Allemagne, le militant du parti de Maurice Kamto, vient de faire une sortie sur son compte Facebook. Selon lui, aller aux élections actuellement est quasiment du suicide. Car, poursuit-il, cette participation doit entrainer plus de dégâts que de solutions.

Conditions

Dans la foulée, il identifie trois problèmes, qui plombent l’organisation parfaite des scrutins du 9 février 2020. Selon lui, la crise anglophone est un obstacle, bien plus le code électoral reste inchangé. Le troisième problème est la répression des libertés publiques. « En ce moment même, des sous-préfets désertent leur lieu de travail pendant que d’autres refusent catégoriquement de signer des fiches qui compléteront le dossier de candidature de certains membres de l’opposition. En parallèle, on vous refuse l’entrée à Ebolowa parce que « c’est le socle granitique de Paul Biya », et la police aux ordres applaudit ». Laisse entendre, l’homme sur son compte Facebook.

Dans cet ordre d’idée, il se demande comment les partis d’oppositions engagés vont réussir à avoir la majorité absolue au parlement. « Ils n’ont même pas le droit de faire un meeting dans certaines régions ». Regrette celui-ci, avant de signaler que la tâche est bien complexe s’ils ne font pas bloc et front commun. Ceci, question de mettre sur pression le régime de Yaoundé.

 

 

Bafoussam

Rdpc : le danger qui vient des investitures

Alors que des appels à l’organisation des primaires fusent de la base, la hiérarchie du parti semble pencher pour le parachutage des candidats à la gestion des communes et à la députation.

Bafoussam

DEPUIS l’annonce le 10 novembre de la tenue des législatives et des municipales le 09 février 2020, c’est le branle-bas dans les rangs du rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC). De ce côté, le débat achoppe sur le mode désignation des candidats à la députation et à la gestion des mairies. Entre les partisans des investitures et ceux des primaires, l’espace public est envahi par des arguments les uns plus convaincants que sur les autres sur le bien-fondé des primaires dans le parti, en lieu des investitures.

Pour les grands théoriciens et cliniciens de la politique, ce mode de sélection des candidats présente l’avantage de démocratiser la désignation des candidats aux élections, susciter le débat public sur des questions d’intérêt général; élaborer un projet de développement local en phase avec les aspirations profondes et légitimes des électeurs.

Pour Christophe Mien Zok du RDPC, réagissant il y a quelques années au débat sur la question dans un éditorial encore d’actualité à ce jour, indiquait que «les primaires ou consultations et autres présélections des candidats à la base, ont toutefois montré leurs limites par le passé puisqu’elles ont plus ou moins consacré de grands électeurs (présidents de comités de base, membres des bureaux des organes de base) sensibles à toutes sortes d’influences, en commençant par celle de l’argent. Des personnes peu recommandables et à la moralité parfois douteuse ont ainsi fait intrusion dans le parti, écornant au passage son image et ses valeurs ».

Ainsi, craignant l’invasion des forces de l’argent dans le parti, le RDPC a depuis renoncé à ce mode de sélection de ses candidats aux élections législatives et municipales.

Toujours est-il que pour le scrutin du 09 octobre 2020, même si le parti avait à cœur de faire jouer la démocratie dans la présélection des différents candidats, le temps imparti à la préparation et à l’organisation du scrutin en interne, n’autorise plus cette démarche. En effet, entre la session parlementaire, la constitution des dossiers de candidatures et leur dépôt à Ele-cam, il est difficile voire impossible d’organiser une primaire.

Mais les textes du parti sont claires sur la question : l’article 23 des statuts dispose en son alinéa 1 que « le comité central est l’organe chargé d’assurer la direction du Parti » ; à l’alinéa 5, il est dit que «le comité central accorde les investitures du parti à l’occasion des élections nationales ou locales». Quant à l’article 58 du règlement intérieur, les investitures restent la règle consacrée dans la sélection des candidats. « Sans préjudice des dispositions de l’article 2 7 des statuts, le comité central accorde l’investiture aux différentes consultations électorales. Il peut investir un ou plusieurs candidats du parti pour un même siège ou présenter une ou plusieurs listes », dispose l’alinéa 1.

« Toutefois, pour les élections locales, le comité central peut sous sa supervision, habiliter les organes de base du rassemblement démocratique du peuple camerounais à accorder l’investiture à un ou plusieurs candidats du parti pour un même siège ou à une ou plusieurs listes », précise l’alinéa2. Seulement, assure Mien Zok, «chaque fois que le parti a organisé le renouvellement des bureaux de ses organes de base (…), il s’est exposé à toutes sortes de risques, le moindre n’étant pas la tentation des battus et des déçus d’aller miser leurs chances dans d’autres partis », poursuit le directeur des organes de presse du parti au pouvoir. L’autre versant des investitures reste donc la tentation pour tous les déçus de rallier les rangs de formations prêtes à les investir dans les bastions autrefois tenus par le RDPC. Ce qui mettrait à mal le parti au pouvoir en difficulté dans bien des localités.

Ainsi, pour ceux qui se sont préparé à lancer une Opa sur le Parti pour devenir élu local ou député de la nation, par la force et le pouvoir de l’argent, ils devront d’abord faire siennes ces dispositions qui risquent de briser des destins politiques et des rêves… en technicolor. Bien que le comité central doive tenir le plus grand compte de l’avis de la base, celui-ci peut être rejeté si les circonstances, les enjeux, et paramètres v l’exigent.

 

 

 

El che nou marchant sur le drapeau de la france

Diaspora : la marche d’El Che Nou sur le drapeau français contesté par Nitcheu : « Ça ressemble à de la trahison »

El che nou marchant sur le drapeau de la france

Pourquoi les ministres camerounais ont plusieurs passeports étrangers?

Forum de Paris sur la paix - Allocution du Président Paul Biya

Inscription à la Newsletter

Douala

Nuageux 27 °C

Nuageux

  • Min: 27 °C
  • Max: 27 °C
  • Vent: 4 kmh ?°

Yaoundé

Nuageux 21 °C

Nuageux

  • Min: 21 °C
  • Max: 21 °C
  • Vent: 8 kmh 280°

Partager via des réseaux sociaux

Des Avocats en Robe chez Maurice KAMTO, Le Barreau Divisé

CE QUI A ÉTÉ SAISI CHEZ MEBE NGO'O AVANT SON INCARCÉRATION

La vérité en face: Célestin Djamen - MRC

Quand le ministre Edgard Alain Mebe Ngo'o faisait tabasser le maire de Zoétélé

LA VÉRITÉ EN FACE Invité: Paul Eric KINGUE

7Min : Jean Marc NGOSS fixe la date de départ de Paul Biya du pouvoir.

Aujourd'hui