Logo3 1

Venezuela: nouvelle journée de manifestation sous haute tension à Caracas

8063553 89bde848 6b68 11e9 b71a fc0d7ff7bde6 1 1000x625

L'opposant vénézuélien Juan Guaido tente ce mercredi de renforcer la pression sur le président Nicolas Maduro lors des manifestations du 1er-Mai qu'il espère massives, au lendemain de la tentative de soulèvement ratée d'un groupe de militaires. Le camp chaviste a également appelé ses supporters à se rassembler. La journée s'annonce de nouveau très tendue.

Les manifestants chavistes commencent doucement à affluer depuis 9h ce matin à l’ouest de Caracas.

Les partisans de l’opposition ont, eux, été convoqués à 10h dans 14 points différents de la ville, des concentrations par quartiers d’abord avant de se rejoindre à un point de ralliement qui n’a toujours pas été révélé, probablement pour des questions de sécurité, rapporte notre correspondant à Caracas.

Même chose dans tout le reste du Venezuela. Dans plusieurs villes, les scènes et les enceintes prévues par l’opposition auraient été confisquées comme c’est souvent le cas lors de ces manifestations depuis le mois de mars.

Les deux camps veulent montrer les muscles

Après les violences de mardi, la  journée s’annonce de nouveau extrêmement tendue. Pour l’instant tout est calme, le métro, pourtant interrompu la veille, fonctionne normalement même si les stigmates des affrontements sont encore visibles dans les rues de Caracas.

On a bien compris en écoutant les discours de Juan Guaido et de Nicolas Maduro mardi soir que les manifestations d’aujourd’hui ont un enjeu majeur. Les deux camps veulent montrer les muscles en mobilisant le plus de monde possible et si la manifestation de l’opposition n’est pas la plus grande de l’histoire du Venezuela, comme son leader l’avait promis, cela pourrait finir d’enterrer le coup de force engagé mardi depuis la base militaire de La Carlota par Juan Guaido.

tz

Il y a en tout cas déjà du monde dans les rues, mais les gens sont encore très dispersés, les petits groupes d'opposants sont censés converger ensemble sur les grandes avenues de Caracas mais dans certains quartiers, comme El Paraiso, on peut voir grâce à des journalistes locaux qui filment en direct, que la Garde nationale a bloqué certaines rues, elle empêche les manifestants d'avancer. Ces policiers ont visiblement arrêté certains manifestants. Ils leur cognent dessus, et lancent du  gaz lacrymogènes pour que les autres n'avancent pas.

Des heurts ont aussi éclatés entre les partisans de Guaido et la Garde nationale bolivarienne alors que les manifestants tentaient de bloquer une autoroute qui longe la base militaire aérienne de La Carlota, d'où Juan Guaido avait assuré mardi avoir le soutien d'un groupe de soldats, et lançaient des pierres en direction des forces de l'ordre.

Dans le même temps, Juan Guaido, fait le tour des différents points de concentration pour motiver ses partisans. Il y a beaucoup de monde mais il est très difficile de savoir si cette manifestation est la plus grande de l’histoire comme il l’avait promis du fait de ces différentes concentrations réparties un peu partout.

Ce qui est sûr, c’est que ce qui s’est passé hier, ce soulèvement militaire, a eu un effet décisif sur beaucoup de manifestants qui avaient prévus de rester chez eux  et qui sont finalement sortis aujourd’hui pour manifester leur soutien à Juan Guaido.

Maduro a toujours le soutien des hauts gradés

Ailleurs, les rassemblements se passent de manière plus pacifique. Mardi, les affrontements ont été violents. 119 personnes arrêtées dans le pays, une centaine de blessées, certains par  balle, mais dans les cortèges les gens qui témoignent, disent ne pas avoir peur. Beaucoup sont très remontés contre Nicolas Maduro qui s'accroche au pouvoir, ils veulent du changement, et soutiennent Juan Guaido coûte que coûte.

On est donc toujours dans ce statut quo, avec ce gouvernement bicéphale d'une certaine manière. Certes Juan Guaido a visiblement réussi à mobiliser un certain nombre de militaires mardi, mais son coup de force a capoté. Nicolas Maduro affirme qu'il a toujours le soutien des haut gradés et des personnalités clés que sont Michael Moreno, Padrino Lopez, et Yvan Hernandez Dala.

Ces proches du chef de l'Etat ont été cités par John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, qui a affirmé qu'ils étaient en train de négocier leur défection en coulisse et qu'ils étaient prêts à soutenir Juan Guaido. Visiblement, cela est resté lettre morte. Eliott Abrams, l'envoyé spécial chargé du Venezuela à la Maison Blanche, a même déclaré que les responsables vénézuéliens avec qui les autorités américaines étaient en contact ont éteint leurs téléphones portables.

 

actualité société Politique Afrique amerique europe

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire