Logo3 1

Catastrophe d’Eséka : mystère autour du rapport définitif du cabinet Cerutti

Eseka

Le groupe pose le problème dans une correspondance adressée au chef de l’Etat; non sans indiquer que son rapport d’étape a été plagié par l’ancien employé de la société Camrail, Benoît Essiga.

21 octobre 2016 – 21 octobre 2019. Plus que quatre jours, et l’on va commémorer le troisième anniversaire de la catastrophe ferroviaire d’Eséka. Mais avant cette date, ce triste évènement est au devant de la scène. Et pour cause, le cabinet Cerutti adresse une correspondance au président de la République, Paul Biya. Pierre Cerutti, auteur de la correspondance, précise que ce cabinet a été retenu « Au terme d’un appel d’offres international ».

Ce dernier souligne que son conseil, Me Joseph Youmsi, a obtenu des informations quant aux conditions dans lesquelles a été rendu le jugement (du 26 septembre 2018) du Tribunal de première instance d’Eséka. « Il apparaît donc que le rapport d’expertise définitif du cabinet Cerutti du 14 février 2017 n’a jamais été communiqué ni aux magistrats, ni aux conseils des victimes », lit-on.

Selon le document, « le rapport d’expertise détaillé de 70 pages, […] adressé par DHL en 46 exemplaires […] à l’attention d’un haut commis de l’Etat encore en fonction, dont deux exemplaires à votre attention, a totalement disparu ». Et d’ajouter que « ce rapport d’expertise définitif comportait des précisions destinées aux juges du tribunal d’Eséka sur les causes et circonstances de l’accident ».

Par ailleurs, Pierre Cerutti laisse comprendre que Benoît Essiga, en contentieux social avec la Cameroon Railways Company (Camrail), a plagié le rapport d’étape du cabinet Cerutti. Une plainte pour « contrefaçon d’un rapport d’expertise » a d’ailleurs été déposée contre cet ancien employé de la société Camrail.

D’après la plainte, « Benoît Essiga a reproduit, servilement, des paragraphes entiers des pages 15 et 16 du rapport d’étape du cabinet Cerutti […]. Ce rapport d’étape était déposé, après sa soutenance, le 21 novembre 2016, devant la Commission d’enquête réunie à cet effet […] ».

Joint au téléphone, Benoît Essiga indique avoir été mandaté, comme expert, par le procureur de la République du Centre à la suite de l’accident ferroviaire. Ce syndicaliste confie qu’il était chargé de rédiger un rapport, au même titre que deux autres experts camerounais. Et au sujet de l’accusation du cabinet Cerutti, il dit n’avoir « pas eu accès à leur rapport ». Celui qui se dit serein souligne ne pas pouvoir plagier quelque chose qu’il ignore. «Je ne suis pas leur secrétaire; je ne suis pas dans leur cabinet […] », affirme-t-il.

En rappel, le bilan officiel de la catastrophe ferroviaire d’Eséka fait état de 79 morts. Les blessés, quant à eux, sont estimés à des centaines.

 

 

 

 

actualité société Cameroun Afrique

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire