Logo3 1

POSITIONS : LES PRÉLATS CATHOLIQUES AFFICHENT LEURS DÉSACCORD

Alors que le cardinal Tumi assure que l’initiative du chef de l’Etat est louable et doit être suivie par tous, l’archevêque de Douala, Samuel Kleda, indique que le Premier ministre est disqualifié pour conduire les travaux de cette grand-messe. Pour Mgr Abraham Kome, l’église doit aider au retour de la paix par les prières.

70540406 3107298802645245 6575721472797442048 n

L’archevêque émérite de Douala était à la tête d’une délégation constituée de leaders religieux (musulmans, protestants, presbytériens.. .) et de membres de la société civile lors de sa rencontre avec le Premier ministre dans le cadre des consultations pour la préparation du dialogue.

« Le président de la République a décidé qu ’il faut que des citoyens se rencontrent pour voir comment sortir de la situation difficile. Ce que le chef de l’Etat a fait est une très bonne chose, nous sommes sur le bon chemin. C’est une bonne chose. C’est ce que nous attendions », explique le cardinal au sortir de la rencontre avec le Premier ministre. Pour l’homme qui a remis des propositions réunies dans un document de 400 pages, il est convaincu que seule la vérité prévaudra tout au long de ce dialogue.

« Nous avons tout résumé dans ce document de deux pages que nous avons remis au Premier ministre. Nous visons la paix, c ’est notre but et pour que cela arrive, nous devons savoir que c ’est Dieu qui nous gouverne ainsi que le monde », poursuit-il. S’agissant des voix qui s’élèvent comme celle de Mgr Samuel Kleda, au sujet de la qualité de la personne qui doit conduire les travaux du dialogue, le cardinal a un avis clair sur la question. « Le Premier ministre a la compétence ».

Toutes choses que dénie Samuel Kleda Chief Joseph Dion Ngute. Car, pour lui, faut un médiateur indépendant. « Je joins m voix à celles de ceux qui pensent que le Pn mier ministre n ’est pas la personne indiqué pour conduire les travaux du dialogue. L conférence Tripartite a été dirigée par u Premier ministre. Nous devons faire attentio et pour moi, le gouvernement doit être neutr », indique-t-il.

Pour lui, le dialogue interviei tard, soit trois ans après des nombreuses atre cités. « Nous espérons avoir une solution au problèmes des Camerounais au terme de c dialogue », souligne-t-il.

« On va voir sur le terrain ce qu ’il va fair avant de le juger. Il y a les gens qui d’offic croient que puisqu ’il est membre du parti a. pouvoir, il ne sera pas assez objectif. Non devons plutôt regarder son travail. S’il tra vaille en toute objectivité, personne n’aura rien contre lui ».

Pour Mgr Abraham Kome, président de L conférence épiscopale nationale, qui lui auss salue l’annonce de la tenue du dialogue, soi point de vue rame à contre-courant de celu de Mgr Kleda. « Le rôle de l’église catho lique est d’accompagner le dialogue ave< des prières. Mais si les organisateur, confient une mission particulière à l’église elle va l’accueillir avec joie et détermination pour faire ce qu ’elle doit faire afin que le paix revienne », rappelle-t-il.

 

 

actualité Cameroun Afrique

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire