Logo3 1

Anicet Ekane, président du Manidem : “Ils reviennent à la réalité”

Ae

La décision du Mrc de se retirer du processus électoral montre à souhait qu’il y a des fantasmes en politique. Mais cela montre aussi la réalité du terrain. La politique c’est un métier. On prend le temps de l’apprendre. On prend le temps de se frotter aux réalités de la vie politique avant de s’engager. Je pense que cette décision est la conséquence d’une mauvaise perception de la situation socio-politique au Cameroun qui a entraîné le Mrc dans une surenchère qu’il n’avait pas les moyens de contrôler. Aujourd’hui, ils reviennent à la réalité socio-politique. Ils sont obligés de baisser le pavillon. Dans la vie, il ne faut pas laisser les événements qui surviennent autour de nous, pénétrer votre esprit et vous faire couler. Les dirigeants du Mrc doivent réfléchir sur cette citation.

« Nous respectons cette décision »
Félix Nyeck, représentant du Pcrn dans le Centre

Dans la conquête du pouvoir, Il y a la modération et la radicalisation. Je pense que le Mrc, après avoir examiné les possibilités d’alternance a conclu que les voies démocratiques ne sont pas la solution. Qu’il faut bouger les lignes. C’est une piste qui peut porter mais qui comporte beaucoup de conséquences. Toute proportion gardée, nous pensons que le Mrc sait ce qu’il fait et où il va. La récente élection présidentielle au Cameroun a été l’occasion de montrer que le chemin reste encore long. Au regard des actions menées souvent par le Mrc, il devient évident de conclure que ce parti est proche de la radicalisation comme choix pour provoquer l’alternance au Cameroun. Un choix que nous respectons.

 

 

 

 

actualité Politique Cameroun Afrique

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire