Logo3 1

Inquiétante saignée dans les rangs de la jeunesse du RDPC

Au Rdpc, la frange jeune n’est pas contente. Et elle l’a fait savoir. C’est à une véritable saignée à laquelle on assiste dans le camp du parti au pouvoir.

Rdpc

En effet, plusieurs démissions ont été notées au sein de la Jeunesse du Rdpc. Le summum, c’est l’annonce, samedi, d’une vague de démission e plusieurs membres du Mouvement solidaire des président des sections OJRDPC.

La raison de cette vague de démission serait les humiliations, fraudes notée. Par ailleurs, les jeunes du Rdpc déplorent leur non-implication à des postes de responsabilité en perspectives des prochaines élections de 2020.

C’est un ras-le-bol quasi-généralisé des chefs des bureaux des sections OJRDPC de la région du Sud. La raison ? Presque tous ont été écartés de la courses aux municipales et législatives. C’est donc pour s’insurger contre ce traitement qu’ils ont décidé de ne plus rester au Rdpc.

Injustice, médiocrité, copinage

« C’est l’injustice, la médiocrité, le copinage et le pouvoir financier qui commandent désormais dans le RDPC », a dénoncé Daniel Medjo Zilly. Il est le président de la section OJRDPC du Dja et Lobo I Sangmelima.

Le président de la section OJRDPC Mvila Centre I Ebolowa a démissionné après avoir constaté qu’il ne servait à rien au Rdpc. « J’ai conclu finalement que je ne servais plus à rien dans ce parti. Ma démission prend effet à l’immédiat », soutient Benoît Assam.

Ce que ces jeunes déplorent, c’est l’application partielle de la circulaire du Rdpc relative aux investitures et au besoin d’insuffler du sang neuf. D’ailleurs, ils demandent au président national du RDPC de faire une sortie pour reconnaitre ces dysfonctionnements dans le but de réparer ce forfait.

« Avec ce type de comportement on verra bientôt »

Dans plusieurs localités dont d’Efoulan, Biwong-Bane, Mvangan, Ebolowa II, Sangmelima, les jeunes ne cessent de se rebeller. Certains ont simplement claquer la porte du parti. Cette situation de découragement pourrait même en jeter certains dans les bras de l’opposition qui n’attend que cela.

« Nous autres responsables du RDPC dans la région du Sud sommes très déçus. Avec ce type de comportement on verra bientôt », prévient Joël Oyono Mva. C’est un jeune militant du Rdpc.

Cette situation de crise qui touche la frange jeune du Rdpc est porteuse de danger. En effet, à quelques mois des élections législatives et municipales, le Rdpc court le risque de perdre beaucoup de militants et responsables déçus de la tournure des investitures.

 

 

 

actualité Politique Cameroun

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire