Logo3 1

Le fils d’Ayah Paul Abine dans le viseur des forces de sécurité camerounaises

Pour le moment, l’on ne connait pas ce qui est reproché à Ayah Ayah Abine. C’est le président de la Fondation Ayah, une fondation qui assiste les sinistrés de la crise anglophone.

Ayah

Selon Le TVG de l’info, le fils du juriste et homme politique camerounais Ayah Paul Abine est dans le viseur des forces de sécurité Camerounaises.  Pour le moment, l’on ne connait pas ce qui est reproché à Ayah Ayah Abine. C’est le président de la Fondation Ayah, une fondation qui assiste les sinistrés de la crise anglophone. Rappelons que cette probable arrestation intervient un moment où la Fondation Ayah refuse de recevoir les dons des homosexuels.

Mis aux arrêts

 En juin 2017, Ayah Ayah Abine avait été mis aux arrêts en compagnie de son cousin Christian Etonong, étudiant à l’Université de Buea.  A l’époque des faits, les raisons de leur arrestation n’étaient pas clairement énoncées.  Mais l’on apprenait que l’on leur reprocherait d’avoir apporté une caméra au tribunal militaire. Et d’avoir filmé la foule.

Ayah Ayah Abine était venu prendre part au procès des leaders anglophones au Tribunal militaire de Yaoundé. Il raconte avoir demandé à son cousin de se servir de son téléphone pour le prendre en photo aux côtés de personnalités présentes ce jour-là. Ils se trouvaient tous hors de la salle d’audience. C’est alors que des hommes en civil ont arraché le téléphone dudit cousin.

Les conditions de détention

Ensuite, l’ont fouillé puis le lui ont rendu en lui interdisant formellement de recommencer. 30 minutes après, Ayah Ayah Abine a été embarqué alors qu’il tentait de prendre la défense de son cousin.  « Nous étions sept dans une petite cellule d’environ deux mètres de longueur et l.5m de largeur. On se couchait directement au sol et en série. A une certaine période de la nuit, j’étais même obligé de me priver de sommeil jusqu’au matin. Les conditions sanitaires étaient aussi inquiétantes avec les mauvaises odeurs des toilettes auxquelles nous étions exposés», racontait le fils du célèbre magistrat dans les colonnes de Le Jour.

 

actualité Cameroun Politique

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire