Logo3 1

Le Pr. Pascal Messanga Nyamnding attend toujours être récompensé pour ses années de militantisme au sein du RDPC

Militant depuis de nombreuses années, le professeur n’a jamais occupé un poste ministériel ou de directeur général d’entreprise. Il garde espoir.

                                Sans titre pngr 1

Le Pr. Pascal Messanga Nyamnding regrette-t-il ses années de militantisme au sein du RDPC ? Tout porte à croire.  Il était ce dimanche 29 décembre 2019, dans la radio des Artistes dont le promoteur est Roméo Dika.  

Des années vaines  comme militant

L’homme politique a profité pour revenir sur ses longues années de militantisme au sein du parti au pouvoir : « On n’a pas récompensé la jeunesse du RDPC. Je crois qu’Ateba Eyene et moi symbolisons la jeunesse militante du RDPC. Comme Soro et Blé Goudé qui ne sont pas loin de nos âges. Parce qu’il faut préciser que Soro a 47 ans », regrette l’enseignant de diplomatie à l’IRIC.

Militant au sein du RDPC depuis des années, le Pr. Pascal Messanga Nyamnding regrette d’y avoir passé toute sa jeunesse. « Je vous avoue.  Quand je suis patron du RDPC à 23 ans à Paris, si on me disait qu’en 2019 je ne serais pas à un poste administratif, de pouvoir et de décision (…), je vais vous dire ce n’est pas possible. Je ne l’aurai jamais imaginé. Je ne l’aurai jamais accepté, avec l’état de service mené dès ma jeunesse au sein du RDPC. Ateba Eyene qui est mort il n’était même pas chef de bureau », se plaint l’enseignant.

Manque de reconnaissance

Le fondateur du mouvement Biyaiste se souvient que quand les Soro militaient au FPI étant étudiant. Au même moment, « nous autres étudiants, étions militants du RDPC. Et quand je dis que ce monsieur est un irresponsable, c’est que n’ayant pas atteint certains objectifs, la jeunesse ivoirienne a pris les armes contre l’Etat. Or, Guillaume Soro a eu les postes. Il a été Premier ministre, il a été président de l’Assemblée nationale », déclare-t-il. 

« Or, n’ayant pas atteint, nous nos objectifs de positionnement. Notamment de ministres, de directeurs généraux, nous ne sommes pas allés jusque-là [prendre les armes Ndlr] », conclut le politicien.

 

 

 

actualité Politique Cameroun

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire