Logo3 1

Législatives 2020 : polémique autour de la retraite parlementaire

Depuis que le mot a été lâché, beaucoup out perdu le sommeil.

Ancameroun

Au commencement, il y avait les circulaires de Jean Nkuété, le secrétaire général du comité central du Rdpc, signées le weekend dernier, d’où il ressort que « la promotion des nouvelles figures passe par l’injonction du sang neuf dans les listes du parti, chaque fois qu’il est possible, notamment dans les cas mettant en concurrence des camarades bénéficiant de la retraite parlementaire ».

Retraite parlementaire. Le mot était lâché. Surtout, certains se sont estimés particulièrement visés, c’est-à-dire poussés vers la sortie, surtout, lorsque le même Nkuété, à l’occasion de la réunion de lancement des opérations de sélection et d’investiture des candidats du Rdpc au double scrutin législatif et municipal de 2020 qu’il a présidée dimanche dernier, en a rajouté une couche : « en ce qui concerne les jeunes, c’est-à-dire pour être concret, les militants et militantes âgés de moins de 35 ans, vous devez veiller à leur représentation sur toutes les listes pour les deux scrutins ».

Dans les quotas définis, l’on constate que la part belle est nettement faite aux jeunes et aux femmes. Il n’en fallait pas plus pour créer la polémique, car l’assemblée nationale est truffée de dinosaures qui y ont passé toute leur vie et qui se confondent avec les murs de cette chambre. On peut citer Ca-vayeYeguieDjiril qui est député depuis 43 ans ou encore Hilarion Etong, Jean Bernard NdongoEs-somba…

Le danger est d’autant prégnant que dans la liste des présidents des commissions régionales et départementales de supervision, de contrôle et de présélection des candidats du Rdpc pour les législatives, ils ont été écartés. Et, avec le souci qu’a eu le sommet de ce parti de mêler quand même la base aux opérations de sélection, pas sûr que le plébiscite des candidatures de quelques vieux routiers de l’assemblée national soit un acquis. La raison, un manque de popularité notoire. La preuve, quelques vieux routiers de l’assemblée nationale sont déjà tombés.

On peut citer jusqu’à présent l’hon. Emmanuel Mbiam, député de la vallée du Ntem, qui cumulait déjà quatre mandats. On peut aussi citer l’hon. Fossi Jacob, dont la candidature a été rejetée par les membres de la commission en charge des investitures. Le député de Penka Michel cumulait 3 mandats. Dire qu’il y a des députés qui ont plus de 3 mandats, dont le président de l’assemblée nationale. Va-t-il survivre à la bourrasque ?

Quand nous allions sous presse, nous n’avions pas encore de réponse. On peut donc comprendre pour quoi certains de ces vieux députés, sentant le danger, crient à la conspiration. Tous ou presque ont d’ailleurs regagné leur « fief », pour tenter de sauver les meubles. Nous avons pu échanger avec quelques-uns de ces vieux députés. En clair, c’est la colère contre l’éventualité d’une retraite. « On ne sait même pas ce qu’on appelle retraite parlementaire.

Est-ce l’âge ou une question de cumul de mandats ? Au Burkina Faso par exemple, chaque député ne peut pas aller au-delà de 3 mandats. Chez nous, rien n’est encore précis sur cette question », nous confie l’un de ces cadors. Un autre député est plus virulent : « On parle de rajeunissement, de nouvelles figures, mais il faut qu’on nous définisse tout cela. Il faut tenir compte des états de services. Vous ne pouvez sortir de nulle part et vous retrouver député ».

Et pourtant, les députés plus jeunes avec lesquels nous avons également échangé sont d’avis que les députés ayant déjà eu plus de 3 mandats sont bons pour la retraite, même s’ils estiment aussi que la circulaire du Sg/Rdpc ne veut aucunement dire que les vieux députés seront tous chassés.

Les questions suivantes se posent alors : En parlant de rajeunissement et de retraite parlementaire, Paul Biya veut-il vraiment se débarrasser de sa vieille garde ? Est-ce qu’il n’y a pas quand même dans cette volonté d’écarter la vieille garde une stratégie qui se cache ? Quel crédit accorder à la volonté de rajeunissement des élites du parti ? Cavaye est-il vraiment en danger, quand on sait que mieux vaut le diable qu’on connaît plutôt que l’ange qu’on ne connaît pas ?

 

 

 

 

 

actualité Politique Cameroun

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire