Logo3 1

Opération Epervier : Marafa, Abah Abah, Olanguena, Vamoulké, ont besoin d’une évacuation sanitaire d’urgence

Olanguena marafa

C’est l’hebdomadaire politiqo-juridique Kalara qui fait un zoom sur ce sujet.

Pour le journal, « la santé de ces détenus Vip est de plus en plus préoccupante. Car, ils se meurent dans les geôles». Ces personnalités détenues dans le cadre de l’opération épervier souffrent de plusieurs pathologies, nécessitant une évacuation sanitaire.

Le journal cite en premier, Polycarpe Abah Abah. Pour Kalara, l’ancien ministre des Finances est interné depuis deux mois à l’hôpital de la Cnps de Yaoundé. «Pour cause de maladie, Abah Abah est d’ailleurs absent jeudi 10 octobre 2019, à l’audience concernant une des affaires qui le concernent devant le Tribunal Criminel Spécial (TCS)».

Le cas Vamoulké

Présent à cette audience, un de ses coaccusés, Amadou Vamoulké, l’ancien directeur général de la Crtv, prend la parole pour présenter ses ennuis de santé. «Il explique qu’il lui est découvert à l’Hôpital central de Yaoundé, une affection sévère. Ce qui nécessite sa prise en charge à l’étranger compte-tenu des limites du plateau technique local». Ecrit Kalara.

«Depuis une dizaine de jours, déclare l’ancien patron du média public, mes nuits sont devenues pénibles. Je passe la journée avec le pied posé sur une chaise. Pour le neurologue, l’absence de prise en charge signifie à terme, le recours à une chaise roulante à la suite d’une perte de mobilité progressive et inévitable». Déplore celui-ci, justifiant ainsi sa demande d’évacuation sanitaire à l’étranger.

Urbain Olanguena et les autres

Le parquet donne la réponse à cette demande le 21 novembre 2019. M. Vamouké doit encore attendre comme l’ancien ministre de la Santé, Urbain Olanguena Awono. Ce dernier, informe le journal, «caresse l’espoir de sauver au moins un de ses yeux, la situation étant irréversible pour l’autre organe. Comme dans le cas de M. Vamoulké, les médecins préconisent une évacuation sanitaire en occident suite à la pauvreté du plateau technique local ».

« Informée de la situation, Paul Biya marque son accord. Après quelques mois d’attente, cet accord n’est jamais concrétisé». L’ancien Minsante séjourne dans un hôpital de la place depuis les émeutes du 22 juillet 2019. Ceci suite aux violences subies de la part d’autres prisonniers.

L’oublié Marafa

On signale aussi dans la foulée, le cas Marafa Hamidou Yaya. L’ancien Secrétaire Général de la Présidence, est un habitué des hôpitaux. Celui-ci a des ennuis oculaires. Iya Mohamed n’est pas en reste. Le journal cite aussi dans la foulée, Gilles Roger Belinga, l’ex patron de la Sic.

 

 

 

actualité Politique Cameroun

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire