Logo3 1

Pascal Messanga Nyamding : « Le Rdpc va perdre le terrain »

Pm

Le membre du Comité central du parti au pouvoir analyse les contours de la mise en oeuvre de la circulaire relative aux investitures des législatives et municipales dans le Rdpc.

L’ application de la circulaire du président du Rdpc peine a être respectée, nous observons de vives contestations à la base par rapport à l’investiture des candidats, pourquoi?
La circulaire du président a sa place, elle est bonne. Il faut savoir que deux textes, c’est-à-dire deux circulaires du président national du Rdpc encadrent la régularité et la régulation de cette présélection. Il y a deux piliers qui encadrent ce texte. Le premier c’est les conditions de candidatures, parmi les plus importantes il y a la loi, l’etat de service, la rénovation, il y a l’éthique et la morale qui encadrent effectivement cette élection qui devrait être décisive dans les présélections. Malheureusement, ce n’est pas ce que nous observons sur le terrain. Dans le Nkam, à Yabassi par exemple, beaucoup ont interprété comme ailleurs, la circulaire présidentielle qui a été accompagnée par un deuxième texte . Il s’agit de la note du secrétaire général du Comité central du Rdpc, Jean Nkuete. Elle prescrivait bien que le premier pilier de l’organisation est la commission communale de présélection. Le deuxième est la commission départementale de contrôle. Le troisième quant à lui, c’est la commission régionale qui mène les arbitrages à l’effet de ressortir la conformité des présélections. Donc ce sont les militants mal intentionnés, les hommes de réseaux, des personnes qui ne sont même plus avec le président Paul Biya, mais qui portent tout simplement un masque marqué Rdpc qui ont faussé l’élection. Quand il y a consensus , si nous appliquons stricto senso les circulaires présidentielles et la note du secrétaire général, la commission départemental n’avait qu’un seul choix: valider. Et même la commission régionale. Malheureusement, les réseaux se sont accaparés une fois de plus ces présélections. Là nous voyons un désordre qui apporte la preuve que ce sont les intrus, les mercenaires à qui on confie parfois des postes de responsabilité politique dans le parti qui vont apporter la guerre dans ce pays.

Peut-on considérer que la hiérarchie est en conflit avec elle-même, étant donné que les directives sont violées par certains responsables chargés de leur application ?

Malheureusement, la hiérarchie ne sanctionne pas. Lors du dernier conseil de discipline, j’ai abusivement été trainé à ce conseil. Ni le président, ni un des membres, l’ex ministre des Relations extérieures, Pierre Moukoko Mbonjo n’ont été sanctionnés, malgré les abus qui avaient changé la liste de Yabassi à la mairie en 2013, au point où les militants se sont retrouvés à voter pour l’opposition. C’est à cause de l’ancien ministre que cela s’est passé ! Et il y avait les mêmes complicités des personnes en question au niveau de la région à l’époque. Aujourd’hui, rendu en 2019, ce sont les mêmes qu’on envoie organiser les élections. Pendant que j’étais par exemple vice-président de la commission communale , le ministre Pierre Moukoko Mbonjo a peut-être appelé vingt fois, pour me proposer des noms. Il est allé jusqu’à nous proposer un repris de justice. Ils ont mis le nom de ce repris de justice en tête de liste, lui qui avait été condamné pour avoir tué. Cela peut se vérifier. Et Narcisse Mouelle Kombi qui est à la délégation de contrôle a validé et signé. Vous avez en fait deux cas de désordre: là où il y a eu consensus, les hommes de réseaux et les mercenaires y sont arrivés pour ajouter d’autres noms. Dans le second, les hommes de réseaux sont là a la base et désorganisent les élections. Voilà les causes des bagarres que vous avez vu à Baham, Bangangté, à Yaoundé II et IV .. Ils ont foutu le désordre. Il est temps que la hiérarchie les sanctionne. Il est aussi temps, parce qu’après l’échec de la mobilisation à l’élection présidentielle, des investitures au sénat, alors que bien avant il y’a eu le renouvèlement des organes de base, personne n’a été sanctionné. Les mêmes sont au secrétariat général . M Jean Nkuete est un homme extraordinaire, il n’est là que depuis 8 ans, mais il travaille avec des mauvais collaborateurs pour la plupart qui sont là depuis 27 ans… Ils sont connus, ces gens ont même eu à vendre des places et ils sont toujours présents jusqu’à ce jour.

Quelles peuvent être les conséquences face à la concurrence des autres formations politiques ?
Trois conséquences sont possibles si on valide les turpitudes de ces mercenaires qui entretiennent le désordre. Il faut par exemple mettre la programmation et les faux noms introduits dans les listes de côté. Sinon face à une concurrence qui devient de plus en plus rude, le Rdpc va perdre le terrain. Nous l’avons vu à l’élection présidentielle! Il faut tirer les leçons. Et puis si rien n’est fait, nous constaterons tout simplement que le désordre, les contestations sociales, les manifestations publiques auront lieu après la sortie de ces listes. Ces listes telles qu’elles sont conçues avec des anomalies, j’insiste les militants du Rdpc vont contester. Comme on l’a vu . A Yabassi, les gens ont commencé à manifester, parce que la rumeur leur a dit qu’on avait changé leurs listes. Je leur ai demandé d’attendre. Et s’ils ont changé ces listes, ils y aura des marches, des protestations. Elles viendront du Rdpc et je crois qu’il faut les éviter en désavouant les trafiquants de noms et de listes. La troisième conséquence de cette situation est que l’on observera des démissions qui vont se perpétuer , comme on l’a avec un député du Sud-ouest, à l’effet de perdre la stabilité dans ce pays. Il y a déjà le désordre incontrôlable au Nord-ouest, au Sud-ouest et au septentrion. Mon souhait est qu’on se ressaisisse pour soutenir le président Paul Biya, parce qu’après tout il s’agit du président Paul Biya et de son parti. Il a mis une circulaire en place. Il est enfin temps que ceux qui prétendent soutenir le président respectent sa volonté politique de paix et de stabilité. Une volonté de rendre le Rdpc crédible et non à travers la fraude lorsqu’il y a des élections entre nous au sein du parti.

 

 

 

 

 

actualité Politique Cameroun

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire