top of page

À Paris, la vie de galère des étudiants africains ayant fui l'Ukraine

Ils sont près de 400 originaires du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, du Congo, du Nigéria à avoir fui la guerre en Ukraine et avoir pu se mettre à l’abri en Europe, et notamment en France.


Une partie d’entre eux attendent toujours d'obtenir un titre de séjour étudiant pour poursuivre leurs études. Avec le soutien de certaines associations, ils se débrouillent et survivent comme ils peuvent.


Après un an d’attente, Pépin Dokali, un Camerounais de 21 ans, vient d’obtenir un titre de séjour. Il va enfin pouvoir reprendre ses études, stoppées en pleine guerre. « J’ai perdu une année. Dans ma tête, c'est frustrant, mais il faut avoir beaucoup de patience. Si on n’en pas, on ne peut rien faire dans la vie, estime-t-il. Je vais faire du marketing digital, qui est complètement le contraire de ce que je faisais en Ukraine qui était ingénieur en biomédecine. Ce n’est vraiment pas facile, mais je n’ai pas eu le choix. »


La circulaire du ministère de l’Enseignement supérieur est claire. Elle précise les modalités d’inscription des étudiants étrangers en provenance d’Ukraine. Pour eux, il n’est pas possible de poursuivre des études en médecine.

Ange Jaurès Biagné a lui aussi dû changer de filière. Parti de Côte d’Ivoire pour faire de la logistique en Ukraine, le voilà ici en lettre édition média et audiovisuel à la Sorbonne. Et comme d’autres, il est aussi sous le coup d’une obligation de quitter le territoire.


C’est incompréhensible pour lui. « J’ai reçu l’OQTF, je ne comprends pas pourquoi. Ça fait mal, car j’ai déjà commencé mes cours à la Sorbonne et fini le premier semestre, puis entamé le deuxième, explique Ange Jaurès Biagné. La préfecture savait que j’étudiais, je l’ai prouvé avec un certificat de scolarité et le paiement de mes frais de scolarité, ça m’a bouleversé. »


Lire la suite sur rfi.fr

0 commentaire

Comments


originale.png
Newsletter: Déjà 3'000 inscrits!
Recevez chaque jour par email, les actus Camerinfos à ne pas manquer!
bottom of page