top of page

Bamenda : elle tue ses 4 enfants pour épouser son admirateur Facebook

Il s’agit de Ngum Hilda. De source bien introduite, elle a empoisonné ses enfants parce que sa mère l’a dissuadé d’épouser son amant Facebook, qui dit ne pas vouloir une femme avec des enfants.



Saïd Ngum Hilda Lum et son futur mari, dont l’identité n’est pas encore connue, se sont rencontrés sur Facebook et comptaient officialiser leur amour. Il parait que le monsieur ignorait la situation de sa future épouse. Cette derrière voulait rapidement remédier au problème.


Lire le récit des faits avec le lanceur d’alerte N’zui Manto :


BAMENDA, ELLE EMPOISONNE À MORT 4 ENFANTS DONT 2 APPARTENANT À SA SŒUR POUR UN AMOUREUX DE FACEBOOK QUI LUI AVAIT PROMIS LE MARIAGE.

Si la panthère a ses tâches sur sa peau, la femme a les siennes enfouies entre ses douces jambes et seul le piment est capable de d’exposer les exposer.


Mgum Hilda mère de 4 enfants vivait à Bamenda où elle hébergeait sous son toit 2 enfants appartenant à sa sœur. Célibataire, « Bamenda queen » comme l’appelaient ses courtisans rêvait d’une bague au doigt et de marcher dans sa belle robe blanche aux côtés de l’homme de sa vie accompagnés de slogans » prip prip parlez encore ! Prip prip make jealous pipo dem tok again5″


Désespérée, la reine de Bamenda va se lancer à la chasse de ses rêves dans facebook où elle fera la connaissance d’un profil qui lui promettra non seulement le mariage, mais ruissellement d’amour à la fontaine du bonheur. Le bonheur étant parfois parsemé d’obstacles, son chéri virtuel va lui rappeler son désaccord d’épouser une femme avec 4 enfants ! Entre le ruissellement d’amour à la fontaine du bonheur et le célibat piégé dans des toiles d’araignée, le choix va très vite être fait.

Mgum Hilda va préparer un ragoût comme les mômes l’aiment et y ajouter du arata chop die ! M’y pikine dem make wuna chop fine go tok for jesus say je suis attendu lui fatigué je suis droit à la bonheur…


4 enfants trouveront la mort parmi lesquels 2 enfants de sa sœur !

Arrêtée par la police et interrogée par la matraque, Hilda va passer aux aveux. Les enquêteurs complètements stupéfaits découvriront que Hilda a été berné par un faux profil dont l’identité n’a toujours pas été découvert jusqu’à cet instant.

Une métaphore dit clairement que : La mère poule n’offre jamais son derrière au coq en présence de l’épervier.

0 commentaire

Comments


originale.png
Newsletter: Déjà 3'000 inscrits!
Recevez chaque jour par email, les actus Camerinfos à ne pas manquer!
bottom of page