top of page

Cameroun - Dernière minute : Laurent Esso abandonne Amougou Belinga

La révélation est faite par Jeune Afrique. Amougou Belinga est dans des problèmes. Ses amis d’hier lui tournent le dos. L’homme d’affaires camerounais Jean-Pierre Amougou Belinga se retrouve à nouveau au cœur d’un scandale politico-judiciaire.


Le patron du groupe l’Anecdote malgré ses tentacules au plus haut sommet de l’Etat est sur le point de voir son empire s’écrouler. Généralement bien informé, Amougou Belinga n’a pas vu venir le coup du samedi 15 janvier. Personne dans le sérail n’a filé la mèche au Zomloa qui, pour la circonstance, s’était déplacé avec toute sa famille à l’aéroport international de Yaoundé. Même son ami le ministre de la justice, Laurent Esso n’a pas pu lui éviter cette humiliation. « Ce qui devrait inquiéter cet homme de réseau, c’est qu’aucun de ses contacts ne l’ait prévenu de l’existence de cette mesure prise à son encontre.


Il est vrai que l’interdiction de sortir du territoire n’est pas notifiée aux intéressés. Mais dans la pratique, les personnalités sont généralement informées à l’avance pour leur éviter l’humiliation du refoulement. Que le secret ait été aussi bien gardé est de mauvais augure », révèle le journal Jeune Afrique. Le magazine panafricain précise sans donner plus de détails que l’homme d’affaires fait désormais objets d’une enquête judiciaire. Impliqué dans plusieurs affaires, les causes des malheurs d’Amougou Belinga peuvent être multiples. « Une interdiction de sortir du territoire est consécutive à l’ouverture d’une enquête. L’objet de celle-ci est pour l’instant tenu secret. Mais selon des indiscrétions, les investigations portent sur l’utilisation de l’argent public qu’Amougou Belinga brasse, dans la mesure où ses entreprises vivent presque exclusivement de la commande publique. Les enquêteurs vont aussi se pencher sur la régularité des nombreux décaissements qu’il reçoit sous forme de subventions de l’État », précise le journal.


La fuite des amis Face à la situation compliquée dans laquelle se retrouve Amougou Bélinga, ses alliés d’hier qui lui assuraient protection et richesse seraient sur le point de lui tourner le dos. Le silence du ministre de la justice qui était pourtant un ami intime de la famille Amougou inquiète plus d’un. En effet Laurent Esoo est considéré dans le sérail comme le parrain d’Amougou Belinga. Il aurait sorti l’homme d’affaires de plusieurs dangereuses affaires. Esso était l’invité spécial au dernier mariage d’Amougou Belinga et à la réception offerte par le Zomloa à ses filles qui venaient d’avoir leur première communion. En temps normal, il devrait informer son ami afin qu’il ne se rende pas à l’aéroport. « Un jour, il publie en une la liste des homosexuels de la République, citant nommément des dizaines de dignitaires. Scandale. Avalanche de procès. Alors que d’autre ont écopé de lourdes peines de prison pour un soupçon de diffamation, lui s’en sort sans passer une seule heure de garde à vue. Les plaignants ont été invités à retirer leurs plaintes.


Ironie de l’histoire, l’un d’entre eux, Grégoire Owona, sempiternel secrétaire général adjoint du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir), était l’un des invités de marque du mariage célébré le 20 novembre dernier. Amougou a des amis puissants parmi lesquels on compte le ministre de la Justice, Laurent Esso, le ministre des Finances, Louis-Paul Motaze. Mais comme souvent à Yaoundé, quand le vent tourne, les amis se détournent. À moins que, pour les besoins de la cause, il n’est d’autre issue que la solidarité », révèle Jeune Afrique.

0 commentaire

Comments


originale.png
Newsletter: Déjà 3'000 inscrits!
Recevez chaque jour par email, les actus Camerinfos à ne pas manquer!
bottom of page