reparation cuir au rabais
Gaine amincissante au rabais
4f9f54bbf2e2c15dc2056770bda069bf.jpg
Bluetooth voiture
Chargeur sans fil
Votre masque à petit prix sur masquemali

Cameroun, selon HRW: Le massacre du 14 février en région anglophone est bien l’œuvre des soldats

Les forces camerounaises et une milice locale ont massacré des dizaines de civils dont plusieurs enfants dans la région anglophone en proie à des violences, a indiqué Human Rights Watch (HRW) dans un rapport.

Ce sont des accusations très graves mais l’organisation de défense des droits de l’homme HRW, insiste sur le fait que les 21 civils tués dans le village camerounais de Ngarbuh, dont 13 enfants et 1 femme enceinte, le 14 février 2020, est l’œuvre des forces camerounaises aidés par une milice Peuls armés de souche. «Les massacres horribles de civils, y compris d’enfants, sont des crimes flagrants qui devraient faire l’objet d’enquêtes effectives et indépendantes, et les responsables devraient être traduits en justice», a déclaré  Ilaria Allegrozzi, chercheuse principale pour l’Afrique à Human Rights Watch. «Nier que ces crimes se sont produits ajoute une nouvelle couche de traumatisme aux survivants et ne fera qu’encourager les troupes gouvernementales à commettre plus d’atrocités.»


Le gouvernement avait démenti cette assertion et indiqué que seulement cinq civils avaient été tués alors qu’un dépôt de carburant a explosé lors des combats. Faux ! souligne HRW qui martèle que 21 civils ont été tués en représailles pour avoir prétendument aidé des séparatistes présumés. Selon HRW, douze témoins ont déclaré qu’après les tueries, les militaires se sont adressés aux habitants de Ngarbuh 2, avertissant que leur village serait détruit s’ils continuaient d’abriter des séparatistes.


« Des témoins ont déclaré qu’entre 10 et 15 soldats, dont des membres du Bataillon d’intervention rapide, l’unité d’élite de l’armée camerounaise, et au moins 30 Peuls armés sont entrés pour la première fois à pied dans Ngarbuh 1, un quartier de Ngarbuh, vers 23 heures le 13 février. , pillant des dizaines de maisons. Certaines de ces forces se sont ensuite rendues dans le quartier de Ngarbuh 2, pillant des maisons et battant des civils. Vers 5 heures du matin, le 14 février, un groupe de soldats et de Peuls armés ont attaqué le quartier de Ngarbuh 3, tuant 21 civils dans quatre maisons, puis incendiant les maisons », rapporte l’organisation.


Ce n’est pas la première fois que des soldats camerounais se rendent coupables de ce genre d’exaction sur les civils. Et Human Rights Watch a toujours dénoncé ces abus.



originale.png
Copie de Bleu et Orange Illustré Sensibi
Copie de Bleu et Orange Illustré Sensibi
aurabais
Gaine amincissante
Gaine AuRabais
masque.png

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

© CamerInfos.net 2019