reparation cuir au rabais
reparation cuir
Bluetooth voiture
Chargeur sans fil

Chantiers routiers : l’État du Cameroun doit plus de 200 milliards de FCFA aux entreprises

Le 30 décembre dernier, le ministère des Travaux publics (Mintp) a achevé la revue générale des chantiers routiers pour l’exercice 2019. Pendant deux jours, 54 projets ont été examinés. Il ressort de cet examen que les délais d’exécution de plusieurs projets sont dépassés et ont dû être prorogés souvent plus d’une fois.




Il en découle aussi que deux principaux problèmes sont à l’origine de ces retards : la non-libération des emprises des travaux (non-indemnisation des populations et non déplacement des réseaux d’eau, d’électricité et de téléphonie) et l’accumulation des arriérés de paiement des décomptes (travaux déjà réalisés et validés).


Mais au Mintp, on insiste sur la seconde cause. « Les longs délais de paiement des décomptes apparaissent aujourd’hui comme le principal facteur de la contre-performance de nos efforts de construction, de réhabilitation et d’entretien routiers. Ils impactent directement la durée de réalisation des projets, y compris le démarrage effectif des prestations, avec pour corollaire l’augmentation du coût des projets et des suspensions récurrentes des travaux », peut-on lire dans le Projet de performance des administrations (PPA) du Mintp pour l’exercice 2020.


Selon le même document, l’État doit, à ce jour, plus de 200 milliards de FCFA aux entreprises. « Malgré les efforts d’apurement des instances perceptibles, leur encours demeure préoccupant : 104 milliards au niveau des ressources extérieures et près de 100 milliards en ressources internes », estime le PPA. « Cette situation a un effet d’éviction sur la production à venir des décomptes et partant, sur l’avancement des travaux », insiste le document.


Autoroutes


Deux projets, examinés à l’occasion de cette revue, illustrent bien cette situation. Il s’agit des chantiers de construction des autoroutes Yaoundé-Douala (phase I), d’un coût prévisionnel de 337,84 milliards, et Kribi-Lolabé (localité abritant le port en eau profonde de Kribi), d’un coût prévisionnel de plus de 262 milliards de FCFA. Ces travaux, largement en dépassement des délais, ne pourront s’achever avant fin 2020.


La première phase de l’autoroute Yaoundé-Douala (60 km), débutée le 13 octobre 2014, est désormais programmée pour s’achever le 31 décembre 2020, après deux prolongations du délai de 12 et 14,5 mois. Entamée le 1er janvier 2015, l’autoroute Kribi-Lolabé (38,5 km) devrait finalement être livrée le 31 octobre 2020, après un rallongement du délai de 28 mois. Selon le Mintp, les taux d’avancement des travaux de ces deux infrastructures sont aujourd’hui respectivement de 81% et 88,14%.


À ce jour, selon les chiffres du même ministère, les entreprises engagées dans la construction de ces axes routiers enregistrent plus de 80 milliards de FCFA d’impayés : 4,47 milliards pour celles responsables du chantier de construction de l’autoroute Yaoundé-Douala (soit 4,16 milliards pour China First Higway Engineering, 552,7 millions pour le groupement Scet-Tunisie/Louis-Berger et 81,14 millions pour Labogenie) et 76,38 milliards pour celles chargées des travaux de l’autoroute Kribi-Lolabé (soit 75,5 milliards pour Chec et 879,41 millions pour le groupement Studi International/Integc).


Gel de décaissement


Ces arriérés se sont accumulés avec la suspension du paiement des décomptes par Eximbank-Chine, le principal financier de ces projets, intervenue courant juin 2018. Selon une note de la direction générale de la coopération et de l’intégration régionale du ministère de l’Économie, cette décision est le fait « du non-respect des clauses contractuelles par la partie camerounaise ».


Pour le projet d’autoroute Yaoundé-Douala, la banque chinoise reproche au gouvernement camerounais de ne pas payer sa contrepartie relativement aux décomptes présentés. Une situation due à la « faiblesse dans la mobilisation des fonds de contrepartie », confesse le Mintp. À en croire le même ministère, en ce qui concerne l’autoroute Kribi-Lolabé, la décision d’Eximbank « est liée à la non-désignation de l’opérateur (de l’autoroute NDLR) conformément à l’accord de prêt qui a entraîné également la non-signature de l’accord de compte séquestre au moment indiqué ».


Du fait de cette suspension du paiement des décomptes, les travaux de construction de l’autoroute Yaoundé-Douala se sont arrêtés pendant plusieurs mois avant de reprendre en mars 2019. Le chantier de l’autoroute Kribi-Lolabé, pour sa part, en arrêt depuis le 26 novembre 2018, n’a toujours pas repris à ce jour. « Suite au très haut accord du président de la République pour la désignation de Chec comme opérateur, les diligences sont en cours pour lever les blocages relatifs au paiement des décomptes et la reprise des travaux », informe le ministère des Travaux publics.

2 vues
originale.png
Votre montre connecté sur aurabais.com
reparation_cuir auarabais
aurabais
support téléphone

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

© CamerInfos.net 2019