top of page

Internationale : Sophie Pétronin se confie après son retour controversé au Mali

Sophie Pétronin s’explique pour la première fois depuis son retour polémique au Mali. Une semaine après la révélation de son retour dans le pays où elle a été retenue en otage entre 2016 et 2020, celle qui est aujourd’hui âgée de 76 ans s’est confiée à BFMTV.



Elle revient sur ses conditions de vie et sa prétendue conversion à l’islam pendant sa détention. « Tout le monde a proclamé que j’avais été convertie […] Moi, je n’ai jamais été convertie, OK ? Depuis 2002, au moment où ma fille est née, j’ai commencé à apprendre l’islam », affirme-t-elle. « Il est où le problème de ma conversion ? Je n’ai jamais été convertie de ma vie », insiste l’ancien otage.


Alors qu’un avis de recherche a été émis par la gendarmerie malienne le vendredi 29 octobre à son encontre, Sophie Pétronin a également souligné être en parfaite sécurité, sans préciser l’endroit où elle se trouve : « Là où je suis, je suis en sécurité, bien gardée, bien protégée, bien nourrie. Je mange bien, je bois bien, je dors bien. Je n’ai pas de problème », a-t-elle expliqué à nos confrères. « La France, c’est la France, avec ses qualités et ses défauts, ses forces et ses faiblesses. Par contre le Mali est resté [comme il est, NDLR] et Dieu merci, wallah et grâce à Dieu », a dit celle qui a dirigé pendant des années une organisation d’aide à l’enfance avant son enlèvement le 24 décembre 2016, à Gao.


Sophie Pétronin « abasourdie » par les réactions


Plusieurs personnalités ont critiqué Sophie Pétronin depuis la nouvelle de son retour. Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a dénoncé une « forme d’irresponsabilité » vis-à-vis de « sa sécurité », mais aussi vis-à-vis « de la sécurité de nos militaires ». Ces réactions ont affecté la principale intéressée.


« Elle est un peu abasourdie et je partage complètement cette impression-là, parce qu’on joue vraiment sur des amalgames. […] Ce qu’il faut comprendre, c’est que la situation à Bamako n’est pas la situation dans le nord du Mali. On fait l’amalgame entre une zone de guerre et une zone qui est sécurisée », a regretté Sébastien Chadaud-Pétronin, le fils de Sophie de Pétronin, auprès de BFMTV. « Ma mère est bien au Mali, elle se sent bien là-bas. Une personne doit pouvoir choisir où elle va passer les derniers moments de sa vie », a-t-il insisté.

0 commentaire

留言


originale.png
Newsletter: Déjà 3'000 inscrits!
Recevez chaque jour par email, les actus Camerinfos à ne pas manquer!
bottom of page