top of page

La LFPC invite la FIFA à sanctionner la Fecafoot après l’ingérence du Ministre Atanga Nji

C’est une autre péripétie de ce feuilleton qui tient en alerte depuis quelques temps le landerneau du football Camerounais.


Le gouvernement agissant par le biais du Ministère des Sports et de l’Education physique, a décidé de mettre les stades à la disposition de la Fecafoot pour l’organisation des championnats professionnels, une position qui manifestement n’arrange pas ligue professionnel du football du Cameroun (LFPC) qui, vient de saisir la FIFA pour réclamer que la Facafoot soit sanctionnée.


En effet, dans un courrier consulté par 237actu et adressé hier à la sénégalaise, Fatma Samoura, secrétaire général de la FIFA, les avocats suisses de la LFPC du cabinet Morgan demandent à la FIFA de dénoncer l’ingérence du gouvernement camerounais dans les affaires de la FECAFOOT.

Rappelons que ceci fait suit à une correspondance dans laquelle le Minat indique aux gouverneurs des régions que le seul responsable de la gestion des affaires de la Fecafoot reste Seidou Mbombo Njoya, jusqu’à l’organisation des prochaines élections.

Il faut rappeler que l’autorité administrative s’est ainsi conformée à la décision de FIFA qui a choisi de maintenir à la tête de la Fecafoot Seidou Njoya à titre intérimaire. Et en dépit de l’annulation de son élection le 15 janvier 2021 par le Tribunal Arbitral du Sport (TAS).


Agissant pour le compte de la LFPC, les avocats suisses du cabinet Morgan écrivent: « La Ligue considère que le Comité exécutif déchu de la Fecafoot, en prenant à son compte l’organisation des championnats professionnels du Cameroun, viole manifestement l’Ordonnance puisque la Ligue a été rétablie dans l’ensemble de ses compétences jusqu’à droit connu sur le fond de la procédure TAS 2020/A/7513. En application de l’article 14 al. 1 lit. a) des Statuts de la FIFA, les associations membres de la FIFA ont pour obligation « d’observer en tout temps les Statuts, règlements, directives et décisions des organes de la FIFA ainsi que celles du Tribunal Arbitral du Sport (TAS) prises en appel sur la base de l’art. 57, al. 1 des Statuts de la FIFA ».


En ne respectant pas l’Ordonnance, le Comité exécutif déchu de la Fecafoot viole les Statuts de la FIFA.

Par ailleurs, la LPFC considère que le courrier du 24 février 2021 du Ministre de l’Administration Territoriale du Cameroun viole manifestement l’article 14 al. 1 lit. i) des Statuts de la FIFA qui prévoit que les associations membres doivent « diriger leurs affaires en toute indépendance et veiller à ce qu’aucun tiers ne s’y immisce » ; toute ingérence d’un tiers entraîne des sanctions à l’encontre de l’association membre en vertu de l’article 14 al. 3 des mêmes Statuts ».

Les avocats de la LFPC demandent à la FIFA d’empêcher le lancement du championnat par la Fecafoot de Seidou Mbomba Njoya prévu ce week-end.

Le TAS a quant à lui donné jusqu’à ce vendredi 26 février 2021 à la FIFA pour donner sa position sur la FECAFOOT.

0 commentaire

Comments


originale.png
Newsletter: Déjà 3'000 inscrits!
Recevez chaque jour par email, les actus Camerinfos à ne pas manquer!
bottom of page