reparation cuir au rabais
Gaine amincissante au rabais
4f9f54bbf2e2c15dc2056770bda069bf.jpg
Bluetooth voiture
Chargeur sans fil
Votre masque à petit prix sur masquemali

La lutte contre le paludisme pourrait pâtir de la pandémie de Covid-19

Ce samedi 25 avril marque la Journée internationale de lutte contre le paludisme. La maladie a frappé 228 millions de personnes en 2018 et en a tué 405 000. Des chiffres élevés, qui pourraient l’être encore plus en 2020 à cause de la pandémie de Covid-19.


Plus de 700 000 morts du paludisme en 2020. C’est le sombre pronostic de l’OMS si jamais les programmes de prévention de la maladie venaient à pâtir de la pandémie de Covid-19. Avec 93% des cas et 94% des décès, le continent africain est particulièrement vulnérable. « L’Afrique a fait des progrès significatifs au cours des vingt dernières années », explique le Dr Moeti, directrice régionale pour l’OMS pour l’Afrique. « Bien que le Covid-19 représente une menace majeure pour la santé, il est essentiel de maintenir les programmes de prévention et de traitement du paludisme. Nous ne devons pas revenir en arrière ».


De surcroît, ces programmes ont encore du mal à être mis sur pied sur le terrain. « Nous n’en sommes pas au niveau souhaité », explique le Dr Spès Ntabangana, chargée des stratégies, du suivi et de l'évaluation pour l'Afrique centrale à l’OMS. « En 2018, seulement 50% de la population dormait sous moustiquaire. Les femmes enceintes qui doivent recevoir trois doses de sulfadoxine pyriméthamine durant leur grossesse n’étaient que 31% à en avoir. Une forte proportion d’enfants qui présentent des signes suspects du paludisme n’ont bénéficié d’aucune prise en charge médicale. Ils étaient plus d’un tiers en 2018. »


A cause de la peur et du confinement, les personnes préfèrent rester à la maison...


Les enfants paient pourtant le plus lourd tribut au parasite : 272 000 enfants de moins de 5 ans sont morts du paludisme en 2018, près des deux-tiers du total.


Comme souvent, le manque de financement est l’une des principales causes de ce phénomène. « La plupart des financements viennent de pays étrangers. Les pays locaux financent peu la lutte contre le paludisme », explique Spès Ntabangana. « Il y a encore beaucoup d’efforts à faire de ce côté. »


D’autant plus que les pays qui investissent le moins dans cette lutte sont également ceux les plus touchés. On trouve ainsi six États africains qui représentent à eux seuls plus de la moitié des cas dans le monde. Le Nigeria (25%), la République démocratique du Congo (12%), l’Ouganda (5%), et enfin la Côte d’Ivoire, le Mozambique et le Niger (4% chacun) se trouvent ainsi en première ligne face à cette maladie.


Si les campagnes sont interrompues, on mettra plus de 22 millions d'enfants en danger...



originale.png
Copie de Bleu et Orange Illustré Sensibi
Copie de Bleu et Orange Illustré Sensibi
aurabais
Gaine amincissante
Gaine AuRabais
masque.png

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

© CamerInfos.net 2019