Gaine amincissante au rabais
Votre masque à petit prix sur masquemali

Poutine va-t-il diri­ger la Russie pour l’éter­nité ?

À quatre ans du terme de son dernier mandat, le président russe prépare la transition en réformant la constitution à sa mesure.

Sous l’aigle à deux têtes des armoi­­ries russes, Vladi­­mir Poutine dépose une chemise jaune au pupitre de la Douma. Après avoir enchaîné les poignées de main à la tribune, devant un Parle­­ment levé comme un seul homme, il lui fait face. Ses cheveux taupes, qui ne tirent que légè­­re­­ment vers le gris, semblent avoir arrêté de tomber depuis quelques années.


Le président n’a guère vieilli. Et il est peut-être là pour un moment. Ce 10 mars 2020, l’an­­cien membre des services secrets est venu donner sa vision de la révi­­sion consti­­tu­­tion­­nelle qu’il a impul­­sée en janvier. « Les Russes doivent avoir une alter­­­na­­­tive dans n’im­­­porte quelle élec­­­tion », plaide-t-il, avant d’ajou­­­ter que « la stabi­­­lité est peut-être plus impor­­­tante et doit être prio­­­ri­­­taire ».


Après son inter­­­ven­­tion, les dépu­­tés russes votent un amen­­de­­ment consti­­tu­­tion­­nel pour remettre ses comp­­teurs à zéro. Le nombre de mandats prési­­den­­tiels sera bien limité à deux, qu’ils soient succes­­­sifs ou non, là où ils sont actuel­­­le­­­ment plafon­­­nés à deux d’af­­­fi­­­lée. Mais les quatre règnes de Poutine, entre 2000 et 2008 puis de 2012 à aujourd’­­hui, ne comp­­te­­ront plus. En clair, il pourra se repré­­sen­­ter en 2024. Cet amen­­de­­ment voté par 380 parle­­men­­taires et repoussé par les 44 commu­­nistes sera soumis à un vote popu­­laire le 22 avril. Et si tout se passe comme prévu, Poutine pourra conti­­nuer à gouver­­ner la Russie jusqu’en 2036.


Le coup d’État inco­­lore


Le dernier écho d’un orchestre résonne contre les dorures de la salle Andreïevski, au Krem­­lin. Une voix grave s’élève alors d’un homme mince au visage anodin, presque effacé. Il jure sa fidé­­lité à la consti­­tu­­tion, la main posée sur le texte de 1993. Au-dessus de son crâne, l’aigle à deux têtes des armoi­­ries natio­­nales plane au milieu d’un rideau bleu roi. Ce 7 mai 2000, devant une salle levée comme un seul homme, Vladi­­mir Poutine devient président de la fédé­­ra­­tion de Russie.


Vingt ans plus tard, sous le même aigle à deux têtes et devant une salle plus droite encore, l’an­­cien membre des services secrets s’en­­gage à revi­­si­­ter une loi fonda­­men­­tale qui n’a guère bougé depuis lors. Devant les parle­­men­­taires, ce mercredi 15 janvier 2020, il commence par promettre l’ex­­ten­­sion de l’al­­lo­­ca­­tion mater­­nité aux famille n’ayant qu’un enfant, alors qu’il fallait jusqu’ici en avoir deux pour en béné­­fi­­cier. Puis, ayant écarté la pers­­pec­­tive d’une nouvelle consti­­tu­­tion, Poutine fait part de son désir de l’amen­­der.


Aussi­­tôt, un vaste pan de la presse inter­­­na­­tio­­nale s’en prend à une réforme qui « pour­­rait le main­­te­­nir au pouvoir » selon Reuters, est « conçue pour perpé­­tuer son pouvoir », écrit l’uni­­ver­­si­­taire britan­­nique Richard Sakwa dans The Conver­­sa­­tion, ou « ouvre la voie à son règne indé­­fini », à en croire le Finan­­cial Times. Pour le Guar­­dian, il ne fait aucun doute que Poutine « prévoit de rester au pouvoir après 2024 », qui marquera la fin de son deuxième et dernier mandat consé­­cu­­tif auto­­risé par la consti­­tu­­tion. N’a-t-il pas déjà contourné cette règle en cédant la place à un affidé, Dmitri Medve­­dev entre 2008 et 2012, pour mieux reve­­nir à la prési­­dence ensuite ?


Cette fois, explique une tribune du New York Times, « le leader russe manœuvre pour rester au pouvoir indé­­fi­­ni­­ment ». Certes prévoit-il de limi­­ter le nombre de mandats prési­­den­­tiels à deux, qu’ils soient succes­­sifs ou non, ce qui empê­­che­­rait tout retour. Mais voilà, il « n’a pas besoin d’être Président pour rester au sommet », ajoute le Washing­­ton Post. Le prin­­cipe de la réforme est d’ailleurs approuvé par l’in­­té­­gra­­lité des 432 membres de la Douma (chambre basse) jeudi 23 janvier, et Dmitri Medve­­dev a été sèche­­ment congé­­dié, le poste de Premier ministre reve­­nant au discret Mikhaïl Michous­­tine.


Lire la suite sur ulyces.co

originale.png
Copie de Bleu et Orange Illustré Sensibi
Gaine amincissante
Gaine AuRabais

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

© CamerInfos.net 2019