reparation cuir au rabais
reparation cuir
Bluetooth voiture
Chargeur sans fil

Deux vaccins contre le Covid-19 sont testés chez l'humain

Le travail des laboratoires de recherche publics et privés pour fabriquer un vaccin contre le coronavirus avance à une vitesse vertigineuse. Près de dix semaines après que le code génétique du coronavirus SARS-Cov-2 a été publié par des chercheurs chinois, plus de 60 vaccins candidats sont en cours d'étude chez l'animal. Deux ont atteint le stade de test chez l'humain.


Le vaccin qui mène la course est celui de l'entreprise américaine Moderna, basée à Cambridge, Massachusetts aux Etats-Unis. Elle a surpris tout le monde en annonçant les premiers tests chez l'humain dès le mois de mars.


Sa technologie est basée sur l'ARN messager (ARNm). Contrairement à la plupart des vaccins, il ne s'agit pas d'inoculer au patient une version désactivée du virus pour apprendre au corps à le reconnaître. Ce vaccin n'utilise qu'une partie du génome du virus. Le but est de stimuler une réponse immunitaire.


Lire aussi: BREAKING NEWS: LA BARRE DE 400'000 EUROS ATTEINT POUR LE FOND "SURVIE CAMEROON SURVIVAL INITIATIVE"

Cette technologie est encore jeune. A ce jour, les vaccins ARN n'ont été testés que chez l'animal pour des maladies virales comme le HIV et la grippe influenza. Or, seules deux études de phase I pour influenza ont été publiées chez l'humain avec des résultats mitigés. Et aucun vaccin ARN n'a été approuvé jusqu'à aujourd'hui.


45 volontaires testés à Seattle


Désormais, l'entreprise Moderna, appuyée par le gouvernement américain, doit vérifier la sécurité du nouveau vaccin contre le Covid-19 dans un essai de phase I. Depuis la mi-mars, elle recrute des volontaires à Seattle.


Au total, 45 volontaires recevront deux injections espacées de 28 jours. Parmi les risques possibles, une douleur intense voire dans de très rares cas ce qu'on appelle une facilitation de l'infection induite par les anticorps, c'est-à-dire une forme plus grave de la maladie lors de l'infection - , le contraire de ce que l'on cherche à obtenir avec un vaccin.

Les résultats seront obtenus au bout de trois mois environ et permettront de savoir si le vaccin produit des anticorps spécifiques chez les volontaires.


Les essais de phase II – pour voir si le vaccin protège d'une infection par le SARS-CoV-2 – seront lancés dans une zone où sévit l'épidémie. Ils devraient démarrer au début de l'été. Et selon Stéphane Bancel, le patron de Moderna Therapeutics qui s'exprimait lundi dans les colonnes du Figaro, il pourrait même être déjà injecté aux soignants en automne.


Un vaccin plus conventionnel


Un autre vaccin est en cours de test en Chine. Il est mis au point par l'entreprise CanSino Biological en partenariat avec l'Institut de Biotechnology de Pékin. Il est basé sur une technologie plus conventionnelle, soit sur un vecteur viral inactivé porteur d'une séquence d'ADN du coronavirus SARS-Cov-2. Le recrutement des volontaires en Chine pour la phase I a déjà commencé.


Un vaccin américain avec la même technologie a été mis au point par la compagnie pharmaceutique Janssen du géant américain Johnson&Johnson. Il débutera en septembre 2020.

Dans les deux cas, il faudra attendre au plus tôt 2021 pour espérer voir la distribution d'un vaccin efficace.


Le vaccin contre la tuberculose pour lutter contre le COVID-19?


Le BCG protège temporairement une grande part des enfants vaccinés de la tuberculose, mais pas seulement. Des études épidémiologiques ont par ailleurs montré une corrélation entre la couverture du vaccin contre la tuberculose (BCG) et le taux de morbidités due au COVID-19.


Selon des études menées chez les jeunes de plusieurs pays, la vaccination par le BCG diminue aussi les risques liés à d’autres infections et la mortalité en général. Le mécanisme en jeu fait l'objet de recherches: la vaccination du BCG stimulerait une forme innée - non spécifique - de l'immunité.


D'où l'hypothèse émise par certains chercheurs que le BCG pourrait aussi diminuer la sévérité du COVID-19 chez les personnes infectées en entraînant et en "boostant" leur système immunitaire.


Des essais cliniques viennent d'être lancés chez des soignants et des personnes âgées dans au moins quatre pays. Les premiers résultats seront connus dans quelques mois.


Source: rts.ch

originale.png
Votre montre connecté sur aurabais.com
reparation_cuir auarabais
aurabais
support téléphone

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

© CamerInfos.net 2019