Gaine amincissante au rabais
Votre masque à petit prix sur masquemali

'Jean de Dieu Momo ne mérite pas la liberté et Amougou Belinga la pendaison'

Ce qui est bien avec la sortie de Amougou Belinga c’est qu’il a frappé sur cet aspect de l’ethnie ou ça fait mal. Il a essentialisé ce qui est essentiellement un construit politique.



C’est à dire une ethnie: Les Beti. Tout comme les autres ethnies du Cameroun sont également des construits politico - Historiques dont les gloires et les tares reposent sur des mythes inventés pour la plupart par le colon.


Si vous voulez faire un procès à Amougou Belinga pour avoir publiquement utilisé une démarche intellectuelle que beaucoup d’entre vous utilisez au quotidien. Je vous dit NON. C’est de l’hypocrisie et de la malhonnêteté intellectuelle.


Vous parlez ici au quotidien des Bamileke des Beti des BOULOU, des Bassa ou des populations du grands Nord comme si elles sont pareilles. Vous ne prenez pas en compte les mariages inter ethniques. Les processus de socialisation. Les migrations. Tout le monde est pareil à vos yeux alors que ces populations sont autant que les Beti diversifiées et très hétérogènes.


Maurice Kamto écrivait dans l’urgence de la pensée: “ «Nous devons reconnaître qu'il n'y a pas d'ethnie génétiquement tarée ou mauvaise, ni d'ethnie congenitalement parfaite ou bonne. Il n'y a que des individus crapules ou honnêtes , paresseux ou travailleurs. Chaque groupe socio-culturel contient ce qu'il y a de meilleur et de pire parmi les humains. Le reste est question de repère culturel. Une fois qu'on l'a compris, la coexistence devient facile car il n'est plus question alors que de l'aménagement des différences »


Amougou Belinga est donc tombé dans le piège camerounais: l’essentialisation des identités ethniques. Il n’est dès lors que le produit de notre propre société.


N’ayons pas la mémoire courte il y a encore quelques mois, un ministre de la République en occurrence, Jean De Dieu Momo sur les antennes de la télévision nationale a mis en garde toute la communauté Bamileke d’un nouveau génocide en référence au génocide des juifs. Il affirmait je cite: “ En Allemagne, il y avait un peuple qui était très riche, et qui avait tous les leviers économiques, c’était les Juifs. Ils étaient d’une arrogance telle que les peuples allemands se sentaient un peu frustrés. Puis un jour est venu au pouvoir un certain Hitler, qui a mis ces populations-là dans des chambres à gaz. Il faut que les gens instruits comme M. Kamto puissent savoir où ils amènent leur peuple »,.


Par la suite, il s’est d’abord excusé auprès d’Israel. Puis le gouvernement camerounais à présenté ses excuses à Israël. Mais jamais la communauté Bamileke qui a été violenté symbolique n’a eu droit à une désapprobation des autorités. Au contraire Momo fut célébré.


En comparaison, sans toutefois verser dans la compétition des offensés, les propos de Jean De Dieu Momo sont plus graves et plus dangereux que ceux d’Amougou Belinga. Cependant les deux hommes se rencontrent sur leur perception coloniale de l’identité.


Sur cette base, le philosophe allemand Emmanuel Kant écrivait: “ Agit toujours de telle sorte que la maxime de ton action puisse être érigée en règle universelle “. Tous les peuples ont droit à la justice et la reconnaissance. Car nous naissons tous libre et égaux. Nous devons au quotidien défendre au nom des principes d’égalité et de justice tous ceux qui sont susceptibles d’être opprimés ou violenté.


Amougou Belinga n’est que le produit du désordre mental infligé dans la tête des camerounais par le système Biya et dont certains d’entre nous y compris lui même se sont érigés en chantre de cette violence tribale. Les propos d’Amougou BELINGA sont en fait une invitation collective à repenser notre société

originale.png
Copie de Bleu et Orange Illustré Sensibi
Gaine amincissante
Gaine AuRabais

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

© CamerInfos.net 2019