Gaine amincissante au rabais
Votre masque à petit prix sur masquemali

Ayuk Tabe Sisiku : « Paul Biya a largement sous-estimé la détermination des Ambazoniens »

L’Evangile de la paix d’un bagnard.

Un entretien à bâtons rompus sur te conflit dans le Noso. avec les condamnés à perpétuité autour d’Ayuk Tabe, met au grand jour la dimension incommensurable des efforts qui attendent le Cameroun pour faire une paix durable sur son territoire. L’état d’esprit de cette équipe de dix personnes qui mène l’intelligence indépendantiste, de leur propre aveu, est « ferme ».


Pour ce qui est de leur responsabilité dans tout le désastre humain et en biens d’équipements, ils ont la conviction d’être blancs comme neige, et indexent le pouvoir comptable de toutes les peines. Les groupes armés à leur solde ? Oui, mais précisent-ils, « ce sont des groupe d’autodéfense ». Un entretien qui révèle un chemin glissant et ténébreux vers la paix, une dimension ineffable des desiderata pour que les camerounais fument avec allégresse le calumet de la paix, indifféremment des particularismes rédhibitoires des uns et des autres.


Quel est l’état d’esprit de Sisiku Ayuk Tabe et de 9 autres personnes condamnées avec lui?


Cela fait plus de 2 ans que nous avons été enlevés d’un hôtel à Abuja au Nigeria et transférés illégalement à Yaoundé. Nous avons été détenus au secret pendant 7 mois sans accès à la famille, aux amis ou aux conseils. Nous avons été traités dans les conditions les plus déshumanisantes et privés de nos droits humains fondamentaux. Cela n’a fait que renforcer notre détermination. Nous reconnaissons qu’il n’y a pas de justice à obtenir d’un régime-camerounais qui viole le droit international en enlevant des réfugiés et des demandeurs d’asile et en les transportant illégalement à travers les frontières internationales.


Nous reconnaissons qu’il n’y a pas de justice à obtenir d’un régime qui fabrique des preuves pour étayer des accusations contrefaites. Nous reconnaissons qu’il n’y a pas de justice à obtenir d’un régime qui procède à des simulations de procès et accorde des peines de prison a vie à des personnes qui n’ont commis aucun crime. Après plus, de deux ans de détention captivante et illégale, le régime, par ses actions brutales, n’a fait que nous convaincre, ainsi que de nombreux autres Southern Cameroonians, de ta validité de notre cause et de la nécessité de rester ferme.


Où en sommes-nous avec l’appel de votre cas?


Nous n’avons actuellement aucune mise à jour sur l’état de notre appel. Le tribunal militaire nous a rendus pratiquement impossible de faire appel des jugements de condamnations à perpétuité prononcés en imposant un coût énorme et en accordant un temps très limité pour déposer toutes les conclusions.

Malgré les obstacles, nous avons pu remplir les conditions et terminer toutes les soumissions dans les délais prescrits. Cependant, plus de six mois après le dépôt de l’appel, nous n’avons pas encore de retour la Cour d’appel. De toute évidence, le régime, qui a siégé pendant 19 heures consécutives, pour mener un procès factice qui s’est terminé à 5 heures du matin et qui a ignoré le fait qu’il n’y avait pas d’avocat de la défense devant le tribunal, n’est pas pressé de réexaminer ses décisions.


Le nombre de morts dans le Noso est époustouflant. Les gens l’estiment à 3’000. Quelle est votre opinion sur ces chiffres?


Les chiffres cités ont été largement sous-estimés, vraisemblablement pour cacher le fait que l’armée camerounaise est en train de commettre un génocide au Cameroun méridional(Ambazonie). Nous ne sommes pas surpris car même lors de son dernier massacre à Ngarbuh, alors que toutes les sources fiables évaluent le nombre de personnes tuées par tes militaires camerounais à plus de 23, dont 14 ’enfants et 2 femmes enceintes, le régime de Yaoundé ment et parle toujours de 5. De là, selon les informations dont nous disposons, plus de 30 000 personnes, principalement des enfants, des adolescents, des femmes, y compris des femmes enceintes, des personnes handicapées et des personnes âgées, ont été tuées par des militaires camerounais qui ont également incendié environ 500 villages.


Ce faisant, ils ont déplacé plus de 1,4 million de personnes, dont plus de 120 000 réfugies au Nigéria, au Ghana, en Afrique du Sud et dans des endroits éloignés comme le Mexique, le Guatemala et les États-Unis d’Amérique. En fait, c’est l’un des rares conflits dans le monde où il n’y a pas de prisonniers de guerre documentés. Cela montre clairement que l’armée camerounaise est en train de commettre un génocide. Ce n’est qu’une question de temps avant la convocation d’une mission d’établissement des faits mandatée au niveau international. À ce stade, l’étendue réelle des crimes commis sera révélée et les membres du.régime et leurs facilitateurs poursuivis.


Il y a une misère impensable de ta population avec 60 000 réfugiés au Nigeria et 600 000 personnes déplacées. Quelle est votre opinion sur la gravité de la catastrophe?


Comme indiqué précédemment, tes chiffres sous-estiment gravement la gravité du génocide perpétré par les militaires camerounais dans le Southern Cameroons (alias Ambazonia).Lorsque la mission d’enquête mandatée au niveau international sera enfin convoquée, l’ampleur-réelle du génocide sera enfin révélée.


Cela fait maintenant environ 4 ans que plus de 600 000 jeunes sont privés d’éducation dansla zone de conflit. Quel est l’avenir de ces jeunes?


L’une des causes du conflit a été la destruction systématique du système éducatif anglo-saxon du Southern Cameroons par le régime de Biya au cours des 38 dernières années. Le régime a eu tendance à confondre la fréquentation scolaire avec l’éducation même lorsqu’il n’y a ni enseignants ni salles de classe. Les politiques éducatives ont servi à détruire les programmes et à appauvrir les parents tout ai garantissant aux enfants une éducatif^ très limitée, les rendant pratiquement inemployables.


Lorsque les enseignants ont demandé de meilleures conditions, y compris des améliorations des programmes et des politiques, ils ont été brutalisés. Les événements des quatre dernières années, les militaires camerounais ont incendié des communautés entières, y compris des écoles et des hôpitaux, violé des jeunes filles et tué des bébés, des femmes et des enfants, comme ce fut le cas à Muyaka le 20 mai 2019 où Martha,un bébé de 4 mois, a été tué 8 fois, et le cas le plus récent de Ngarbuh le 14 février 2020 où le Cameroun militaire a massacré 34 personnes dont 14 écoliers, rend la scolarisation dangereuse pour nos enfants. Il ne faut pas oublier que le droit à la vie remplace le droit à l’éducation.


Nous sommes convaincus que, étant donné le bon environnement et les investissements dans l’éducation et avec les bonnes politiques, les dommages que nos enfants ont souffert et souffrent peuvent être inversés. Le régime de Biya est incapable de fournir un tel environnement ou d’adopter de telles politiques.


Face à cette calamité, ne portez-vous pas la responsabilité des douleurs de ces gens?


La responsabilité incombe entièrement à M. Paul Biya et à son régime qui ont répondu avec force aux manifestations pacifiques; coups, viols, tortures, arrestations, enlèvements, meurtres, génocides et massacres. En novembre 2017, il a déclaré de manière irresponsable la guerre au peuple du Southern Cameroons. Face à une telle déclaration, notre peuple s’est finalement levé pour se défendre, ce qui est son droit. Il y’a eu de nombreux appels des dirigeants d’Églises, des ONG locales et internationales, des Nations Unies, de l’Union africaine, du Commonwealth,du Parlement européen, du gouvernement britannique, du gouvernement américain, du gouvernement suisse et même du gouvernement français pour que M. Biya : annule la guerre,démilitarise le Cameroun méridional, libère tous les incarcérés dans le cadre de cette crise et engage un dialogue inclusif sans conditions préalables.

6 vues0 commentaire
originale.png
Copie de Bleu et Orange Illustré Sensibi
Gaine amincissante
Gaine AuRabais

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

© CamerInfos.net 2019