top of page

Alain Denis Ikoul : «il est impossible pour moi de travailler avec Samuel Eto'o »

Dans une interview exclusive avec Médiatude, Alain Denis Ikoul, journaliste farouchement opposé à la gestion de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) par Samuel Eto'o, a livré ses pensées sur le président de la Fecafoot.


Pour lui, il est impossible de travailler avec Samuel Eto'o car il faut renoncer à sa liberté.


Extrait de l’interview avec Médiatude.


« Si Eto'o vous proposait de travailler avec lui à la Fécafoot, accepteriez-vous ?

Denis Ikoul: « Impossible ! Je suis un homme qui aime la liberté. Et avec Samuel, il faut pouvoir renoncer à sa propre liberté pour travailler avec lui. Et pour moi, c'est impossible dans ces conditions. Aujourd'hui, tous les employés de la fédération sont malheureux, tristes et pas du tout épanouis. Ils vivent le martyr à la fédération. Ils découvrent beaucoup de décisions sur les réseaux sociaux, alors que certaines de ces décisions devraient dépendre d'eux; ils n'ont le droit de décider de rien, même quand ça concerne leur domaine de compétence. Aujourd'hui, même pour écrire le score d'un match des Lions sur la page Facebook de la fédération, il faut avoir l'autorisation du boss. Je n'invente rien, il y a des témoignages.


D'ailleurs, je pense qu'on est beaucoup plus aujourd'hui dans une sorte de « Fédération Camerounaise des Fans de Samuel Eto'o » que dans une FECAFOOT dans le sens propre du terme, parce que tous les membres de la fédération sont exclus de cette institution les uns après les autres. Les clubs, les corps de métiers, les ligues, le gouvernement et même la presse, il faut désormais « faire la danseuse du président » pour ne pas être exclu de la fédération et de son siège. Dans de telles conditions d'hypertrophie de l'autorité présidentielle, impossible pour Ikoul de cohabiter. D'ailleurs, quand on est à CFOOT, on n'a pas grand-chose à envier à un salarié de la fédération »

0 commentaire

Comments


originale.png
Newsletter: Déjà 3'000 inscrits!
Recevez chaque jour par email, les actus Camerinfos à ne pas manquer!
bottom of page