top of page

Cameroun Fonds Covid-19 : une demi-douzaine de ministres au TCS

Ces derniers, sur instruction du chef de l’Etat, sont appelés à apporter des clarifications sur la gestion des ressources financières allouées au Cameroun par le FMI dans le cadre de la crise sanitaire.



Au sein du landernau politique camerounais, l’information qui relevait encore de la spéculation, a été confirmée par une instruction du chef de l’Etat au Garde des Sceaux, Laurent Esso. Il doit auditionner des membres du gouvernement sur les gestion des fonds Covid-19 alloués au Cameroun par le Fonds monétaire international dans le cadre des appuis multilatéraux reçus par le pays pour faire face aux conséquences de la pandémie sur l’économie. Ces derniers, une demi-douzaine, doivent apporter toute la lisibilité, la visibilité et la traçabilité sur l’usage desdites ressources financières afin de lever toute suspicion de détournement ou de distraction de fonds sur leur gestion.


Si des sources invoquent la présence au TCS dès ce matin de la moitié du gouvernement, d’autres plus crédibles, parlent de d’une demi-douzaine de ministres qui devront dire avec exactitude le destin des , fonds reçus. Face à la présidente du TCS, Annie Noëlle Bahounoui Batende, les ministres seront cuisinés suite aux soupçons du FMI soulevés lors de l’affectation de la deuxième tranche de l’aide attendue dans le cadre de la crise sanitaire. En effet, c’est en voulant renouveler la demande d’aide auprès de l’institution de Bretton Woods, qu’il a été demandé aux autorités du Cameroun, de produire le compte d’emploi de la gestion du premier fonds décaissé.


Ce qui a conduit le président de la République à instruire la Chambre des comptes de réaliser une enquête sur l’utilisation de ces fonds. Les anomalies et les scories révélées par les magistrats de la haute chambre ont conduit le chef de l’Etat à ordonner des poursuites judiciaires contre tous les ministres, les co-auteurs et leurs complices convaincus d’utilisation irrégulière ou de détournement de cette aide.


L’enjeu de ces auditions que va conduire la présidente du TCS, réputée pour sa chasse aux ministres délinquants. L’enjeu c’est la mobolisation de 375 milliards de Fcfa auprès du Fmi d’une part ; et d’autres part le destin des 250 milliards de Fcfa que ces ministres ont géré au mépris des règles d’écri-ture comptable et des normes de gestion administrative communément admises. Selon des sources bien introduites, Paul Biya a demandé de faire le point complet sur l’utilisation des fonds Covid-19 non sans apporter des justificatifs inattaquables dans les meilleurs délais.


Pour le chef de l’Etat qui espère signer avec le FMI un nouvel accord de financement d’ici la fin de ce mois pour lutter contre les effets néfastes de la pandémie sur l’économie, il est question de montrer aux uns et aux autres que la relative impunité qui semble s’installer dans les esprits n’est qu’un leurre.

Ces auditions sont aussi l’aboutissement d’un processus qui a fait couler encre et salive au point de vouloir faire de certains membres du gouvernement des bourreaux de leurs collègues. Alors que ces derniers ne faisaient que donner suite aux instructions de la très haute hiérarchie.

0 commentaire

Comments


originale.png
Newsletter: Déjà 3'000 inscrits!
Recevez chaque jour par email, les actus Camerinfos à ne pas manquer!
bottom of page