reparation cuir au rabais
reparation cuir
Bluetooth voiture
Chargeur sans fil

Crise et implosion au MRC: le parti de Maurice Kamto se vide

Entre crise de leadership et guerre des mots, le parti se vide tout doucement de la substance qui a fait son ferment et met à l’étroit ceux qui ne partagent plus les idées aujourd’hui dépassées.


L’antente semble dépassée, passée de mode, vidée de son message. Le non au hold-up électoral ne fait plus recette au sein des militants et cadres du parti, attachés de force à cette idéologie qui agace. Et pour le montrer, des cadres du parti, autrefois compagnons de lutte du président du parti, ont pris leurs distances et calquent aujourd’hui leur discours sur celui de certains leaders de la société civile et de l’opposition qui en ont marre de voir des adultes pleurnicher deux ans après une élection.


«Il va être difficile de mettre toutes les forces ensemble si le MRC ne quitte pas cette histoire des élections », estime l’ancienne militante du SDF, Edith Kah Walla. Pour elle, «l’enjeu actuellement est national. Les élections ont eu lieu. Elles étaient de mauvaises élections. Quand un jeu est mauvais, on ne reste pas à revendiquer la victoire… Si vous restez dans la position du “président élu ” vous n ’allez pas rassembler les forces vives».


À la suite de cette sortie musclée, Célestin Njamen, lui aussi transfuge du SDF, et ancien cadre du MRC, n’est pas allé de main morte pour dénoncer les pratiques peu amènes de ce parti et surtout la mise à l’écart de ceux qui proposent une autre voie. Le secrétaire national chargé des droits de l’Homme du MRC s’illustre par des critiques acerbes vis-à-vis de la hiérarchie du parti. En des termes au vitriol, il avait fustigé, en février dernier, la tournée occidentale de Maurice Kamto, estimant que c’est au Cameroun qu’il fallait tenir des meetings, non sans avoir vertement critiqué le choix du leader de boycotter le double scrutin législatif et municipal.


La dernière sortie de Michèle Ndoki sur ABK radio à Douala, a jeté le feu aux poudres. «Je n’ai jamais utilisé le terme « président élu » pour parler de Maurice Kamto. Je l’ai toujours appelé professeur», avait-elle commencé par planter le décor. Par la suite, si elle estime que «la contestation liée au hold-up électoral était donc une réaction populaire et partisane nécessaire », elle est devenue contreproductive.


«Nous devons aujourd ’hui bâtir sur cette fondation ce que nous voulons être le Cameroun de demain. De même que les matériaux et techniques utilisés pour les fondations ne sont pas ceux qui servent aux élévations, de même ce qui a servi à éveiller les consciences et alerter l’opinion doit maintenant être remplacé par ce qui peut servir à rendre l’alternance démocratique effective. Un seul mot : rassembler», propose-t-elle.


Des propos qui ont reçu des tonnes et des mètres-cubes d’injures et d’insanités les plus abjectes de la part des militants du parti sur la Toile. Le tout sans que le président du parti ne rappelle les uns et les autres à l’ordre. «Une de nos amies politiques, pour qui j’ai beaucoup de considération, a donné son point de vue (Michelle Ndoki, qui a plaidé pour une réorientation stratégique). Nous sommes en démocratie», explique Mamadou Mota de sa cellule à la prison de Kondengui.


Face à ces critiques et injures, certains membres du parti, à l’instar de Sam Séverin Ango, ancien membre du parti, ont claqué la porte avec fracas. «Ceux qui pensent que le MRC va éclater sur la base de divergences d’idées se trompent gravement et sous-estiment la maturité de notre mouvement. Notre porte-étendard, c’est Maurice Kamto. Si des gens veulent faire des propositions, le parti dispose des mécanismes et des canaux qui permettent à chacun d’exprimer ses éventuels désaccords»,pense Mamadou Mota.


Et pourtant, le parti se vide de sa substanti-fique moelle et perd en crédibilité face à des adversaires qui structurent le combat pour la démocratie et l’accession aux sphères de décision.

originale.png
Votre montre connecté sur aurabais.com
reparation_cuir auarabais
aurabais
support téléphone

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

© CamerInfos.net 2019